Forum des femmes 2021 : Plus d’engagement en faveur de la protection de la femme et de l’enfant

Ibrahima Memounatou

Le « Forum des Femmes 2021 » tenu ce lundi à Lomé, a permis de débattre des abus sexuels et autres maltraitance faites aux femmes et aux enfants et de prendre des engagements pour leur protection, a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

Le forum est organisé par les associations Femmes d’Actions et Cœur Solidaire, en collaboration avec le ministère chargé de l’action sociale et de la promotion de la femme. Il s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée de la Femme africaine et a pour thème de réflexion : « Pour plus d’engagement en faveur de la protection de la femme et de l’enfant au Togo ».

Cette rencontre de réflexions soutenues, est appuyée par le Système des Nations unies et l’Ambassade de France au Togo.

D’après ONU Femmes, dans le monde, 35% des femmes ont subi au moins des violences physiques et/ou sexuelles de la part d’un partenaire intime, ou bien des violences sexuelles de la part d’une autre personne ceci, pouvant atteindre 70% des femmes dans certains pays.

Le Forum  des Femmes 2021 offre un cadre de réflexion des femmes et hommes engagés, des leaders d’opinion, sur les questions de viols, d’inceste, de pédophilie, de pédopornographie et toutes autres formes de maltraitance chez les femmes et les enfants, afin d’aboutir à un plan d’action.

Réparer l’injustice

« Malgré toutes les dispositions prises par nos gouvernants pour protéger les femmes et les enfants, nous avons ces phénomènes qui minent l’enfant mineur (le viol, l’inceste, la pédophilie et les maltraitances de toutes sortes). Beaucoup de femmes se taisent parce qu’elles pensent qu’elles sont couvertes de honte lorsqu’elles sont victimes de ces actes. Nous voulons donner l’occasion à toutes les femmes, les chances de voir réparer cette injustice, ces actes abominables », a déclaré l’Honorable Ibrahima Memounatou (Vice-présidente de l’Assemblée Nationale, présidente du comité d’organisation).

Nous avons le devoir, a-t-elle poursuivi, de venir en aide à toutes ces victimes, de les encourager à dénoncer leurs gourous, de les prendre en charge et de sensibiliser la population pour un changement de comportement, de mentalité.

« Il y a un accompagnement, un kit qui leur ai offert : accompagnement juridique, psychologique, social, éducatif et sanitaire. Les commissariats, les gendarmeries, la population elle-même dénonce les cas,… Et quand les enfants nous arrivent, l’écoute est faite par un assistant social », a expliqué sœur Elisabeth Mabangi assistance sociale au centre Kékéli.

Vue partielle de la salle

Chaque jour, 137 femmes sont tuées par un membre de leur famille et moins de 40% des femmes qui subissent des violences, demandent de l’aide sous une forme ou une autre en se tournant vers leur famille ou leurs amis, et très peu vont vers des institutions officielles telles que la police et les services de santé, moins de 10% font appel à la police.

« Nous devons beaucoup aider en matière de prise en charge des victimes en créant un véritable parcours d’orientation pour les femmes victimes de violences. Il s’agit de mieux les aider, de faire en sorte que leur parcours ne devienne pas, en plus de l’horreur vécu, un parcours de combattante. Mais il nous faut aller plus loin, en mettant en place et en renforçant les moyens des plates-formes d’écoute téléphonique. Créer des applications numériques pour faciliter l’assistance aux victimes de cyber-harcèlement et de cyber-violence. Nous devons améliorer l’accueil et l’hébergement des femmes en détresse, en particulier à travers des centres d’hébergement et de réinsertion sociale », a précisé M. Aliou Mamadou DIA (Représentant résident du Programme des Nations Unies pour le Développement/PNUD au Togo).

A l’occasion, Mme Adjovi Lolonyo Anakoma-Apédoh (Ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation), a indiqué que le forum de ce matin s’inscrit dans la dynamique de l’action gouvernementale qui a toujours consacré une part significative à la protection des couches vulnérables dans notre pays.

La femme, a-t-elle souligné, constitue un acteur clé de développement, et l’enfant, la relève de demain, est tous au cœur des préoccupations actuelles contenues aussi bien dans le plan national de développement (PND) que dans la feuille de route présidentielle Togo 2025.

Diminuer l’ampleur des abus 

« La sanction –la prison– n’a pas atteint son objectif. En réalité, les peines de prison devraient permettre aux gens d’avoir peur, mais nous constatons que ça ne change pas. Ce qu’il faut faire maintenant, à mon sens, c’est d’utiliser le phénomène pour savoir pourquoi ça se passe comme ça, et on pourra forcément proposer des solutions qui pourraient peut-être faire diminuer l’ampleur de ces phénomènes », a expliqué M. Kodjo Gnambi Garba (Procureur général près de la Cour d’appel de Lomé).

Cette situation révoltante et insoutenable perdure et semble croitre sans cesse malgré le cadre légal et juridique, ainsi que les différents mécanismes mis en place par les gouvernants, et malgré les différentes initiatives engagées par de nombreux acteurs institutionnels et non institutionnels, nationaux et internationaux pour plus de protection de la femme et de l’enfant.

Deux grands sous-thèmes ont été au cœur de ce Forum : « Pour plus de protection des femmes contre le viol, le harcèlement, les violences physiques et morales » et « Pour plis de protection des enfants contre le viol, l’inceste, la pédopornographie, les violences physiques et morales ».

Les réflexions et échanges ont permis d’identifier les causes et les conséquences de ces abus. Les travaux permettront d’élaborer un document de recommandations et d’éléments de langage pour différents plaidoyers, ainsi que les mécanismes à créer ou à renforcer pour soutenir la lutte contre ces maux qui détruisent la vie des femmes, des enfants et de nos communautés.

Notons que les femmes représentent près de la moitié (49%) de toutes les victimes de trafic d’êtres humains repérées dans le monde. Les femmes et les filles dans leur ensemble constituent 72% des victimes, les filles représentent plus des trois quarts des enfants victimes de la traite, selon les chiffres communiquées au cours du Forum.

Au moins 200 millions de femmes et de filles âgées de 15 à 59 ans ont subi des mutilations génitales féminines dans les 31 pays où se concentre cette pratique. La moitié de ces pays sont situés en Afrique de l’Ouest. FIN

Bernadette AYIBE

www.savoirnews.tg, l’info en continu 24H/24