Sénégal: L’opposant Sonko, menacé d’inéligibilité, entame un retour à risques à Dakar

L'opposant sénégalais Ousmane Sonko

L’opposant sénégalais Ousmane Sonko, candidat déclaré à la présidentielle de 2024 et menacé d’inéligibilité, a entrepris vendredi son voyage de retour à Dakar, un déplacement à risques dans un contexte de bras de fer avec le pouvoir.

Un long convoi de voitures est parti de son domicile de Ziguinchor (sud), a constaté un correspondant de l’AFP. Des images diffusées en direct sur les réseaux sociaux ont ensuite montré le cortège progressant à quelques dizaines de kilomètres de là, du côté de Goudomp, M. Sonko juché en chemise sur un véhicule rehaussé du drapeau sénégalais, et des grappes de jeunes enthousiastes courant derrière. Les quelque 500 kilomètres entre Ziguinchor et Dakar peuvent se couvrir en plus ou moins neuf heures en passant par la Gambie.

Mais M. Sonko devrait contourner la Gambie et allonger son trajet d’environ 350 km.

Le porte-parole de son parti, Ousseynou Ly, a dit ne pouvoir préciser quand M. Sonko arriverait à Dakar. C’est un nouvel acte de défiance à l’encontre du pouvoir de la part de M. Sonko, quelques jours après son refus de comparaître devant un tribunal pour être jugé pour viols.

Il est resté reclus plusieurs jours chez lui à Ziguinchor, dont il est le maire, sa villa étroitement gardée par des jeunes résolus à parer une éventuelle tentative d’arrestation. M. Sonko, président du parti Pastef-les Patriotes, troisième de la présidentielle en 2019, personnalité clivante mais populaire chez les moins de 20 ans, dénonce son procès comme un complot du pouvoir pour l’écarter de la présidentielle.

Il a dit vouloir transformer son retour à Dakar en « caravane de la liberté ». La chambre criminelle qui a siégé en son absence mardi doit rendre son verdict le 1er juin, et la tension monte à l’approche de cette échéance.

La mobilisation de ses supporteurs, à l’occasion de ses rendez-vous avec la justice notamment, a régulièrement donné lieu à des incidents et des troubles, y compris mortels.

M. Sonko risque de perdre son éligibilité, déjà compromise par une condamnation à six mois avec sursis pour diffamation contre un ministre. Le gouvernement dément toute instrumentalisation de la justice et évoque une affaire privée.

Il a prévenu avant le départ de M. Sonko de Ziguinchor qu’il ferait respecter l’ordre « quoi qu’il en coûte ».

SOURCE : AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*