Atakpamé : Des acteurs des inter-professions agricoles des Plateaux à l’école de l’agriculture biologique et de l’agro-écologie

Les participants à la formation

Les acteurs des interprofessions agricoles de la région des Plateaux ont entamé mercredi à Atakpamé (environ 175 km au nord de Lomé), une formation sur l’agriculture biologique et l’agro écologie.

Placée sous le thème « Les techniques de production agroécologique et agrobiologique, les exigences du marché bio et la certification des produits », cette rencontre est initiée par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural à travers  sa direction des filières végétales.

Elle a pour objectif principal, de former les participants sur les outils pratiques pour réaliser et atteindre leur potentiel.

Il s’agit à travers cette formation, non seulement, de renforcer les capacités de ces acteurs et valoriser les produits biologiques mais aussi, de contribuer au développement de l’agriculture biologique et de l’agroécologie par la création d’un cadre national de concertation.

La mise en place d’un cadre consultatif national desdits acteurs et l’appui à l’organisation d’une foire et d’un forum de l’agriculture biologique sont au programme des travaux.

Les échanges portent entre autres sur les pratiques de l’agriculture biologique, les exigences du marché bio et la présentation des processus d’obtention de certification phytosanitaire et d’exportation des produits biologiques.

A l’ouverture de cette formation, le directeur régional de l’ICAT/Plateaux, Dr. Fiakli Seyram a expliqué aux participants, l’une des problématiques portant sur l’insuffisance des connaissances sur ces pratiques, en vue de les amener à comprendre la limite d’adoption des pratiques de l’agriculture biologique par les producteurs quand bien même que le marché existe.

Pour lui donc, « Il urge alors de sensibiliser ces acteurs sur ces thématiques, afin de permettre à la filière biologique d’être plus compétitive au niveau International et aussi de développer les systèmes de traçabilités efficaces pour le renforcement ». FIN

D’Atakpamé, Djibril KEROL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*