Togo: Les députés autorisent le gouvernement à renforcer le contrôle de la gestion des finances publiques

Les députés, lors du vote

Les députés togolais ont adopté jeudi à l’unanimité, deux projets de lois visant à renforcer le contrôle de la gestion des finances publiques et répondre aux enjeux et impératifs de décentralisation.

Les travaux de cette séance plénière ont été présidés par Mme Yawa Djigbodi Tsègan (présidente de l’Assemblée nationale), en présence de Christian Trimua (ministre des Droits de l’homme, de la formation à la citoyenneté, des relations avec les institutions de la République, porte-parole du Gouvernement).

Si le premier texte porte sur l’organisation et le fonctionnement de la cour des comptes et des cours régionales des comptes, le deuxième est relatif au statut des magistrats de la cour des comptes et des cours régionales des comptes.

En effet, l’organisation et le fonctionnement de la Cour des comptes au Togo sont fixées par la loi organique de 1998. 20 ans après, la loi est reprise en tenant des exigences de l’UEMOA, des innovations introduites dans le titre VII de la constitution du 14 novembre 1992 par la loi du 15 mai 2019 et surtout des insuffisances constatées dans son application.

Elle prévoit l’extension des attributions de la cour en y ajoutant l’évaluation des politiques publiques, l’émission des avis sur les rapports annuels de performance, le contrôle des visas des contrôleurs financiers et le contrôle de la gestion des responsables de programmes entre autres.

Pour respecter les normes de l’UEMOA et de l’INTOSAI, l’énonciation et l’affirmation de l’indépendance de la Cour et son autonomie financière et de gestion ont été prévues. Bien d’autres aspects ont été introduits notamment la compétence juridictionnelle de la Cour et des Cours régionales des comptes en matière de discipline budgétaire et financière et un système de mandats renouvelables dans la limite de l’âge de 65 ans pour les magistrats de la Cour des comptes et des cours régionales des comptes.

Mme Yawa Djigbodi Tsègan, présidente de l’Assemblée nationale, lors de la session

Le ministre des droits de l’Homme a salué le vote de ces 2 projets de lois qui sont en phase avec la réforme de la gestion des finances publiques entreprise depuis 2008 au Togo.

« En adoptant aujourd’hui ces 2 lois organiques, vous dotez la Cour des comptes et les Cours régionales des comptes de leurs instruments juridiques de travail d’une part, et permettez à notre pays de se conformer au nouveau cadre harmonisé des finances publiques dans l’espace UEMOA, ainsi qu’aux normes exigées pour toutes les Institutions supérieures de contrôle des finances publiques au niveau mondial d’autre part », a salué Christian Trimua.

Le statut des magistrats de la Cour des comptes est fixé par la loi organique du 15 avril 2009 au Togo. La loi organique portant statut des magistrats de la Cour des comptes des Cours régionales de compte quant à elle, la remplace, tout en consacrant un système de mandat, prévoit également une évaluation annuelle des magistrats.

Pour la Présidente de l’Assemblée nationale, Cette démarche rénovatrice permet de promouvoir davantage la bonne gouvernance économique et financière au Togo.

« La tâche qui nous a rassemblés aujourd’hui est ambitieuse : consolider le socle du système de gouvernance de notre pays en un tout cohérent. De même, elle répond à la nouvelle architecture institutionnelle introduite par la révision constitutionnelle de 2019 en ses articles 107 et 111 l’alinéa 2 », a souligné Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

Cette dernière a salué la démarche rénovatrice du gouvernement, d’adapter la législation de comptabilité publique aux exigences d’un Togo intégralement décentralisé.

Christian Trimua, lors de la session

Cette démarche, a-t-elle précisé, s’inscrit dans la volonté du président de la République Faure Gnassingbé, de s’assurer du bon emploi des crédits, fonds et valeurs gérés par les services de l’État.

« De nos travaux, doit se lire notre conviction de renforcer la confiance que nous portons envers ceux qui sont chargés de la gestion des deniers publics et la responsabilité qui est la nôtre de les encourager à accomplir leurs missions avec probité et loyauté », a ajouté Mme Tsègan.

D’autres dispositions sont également prévues, afin de permettre à la Cour de faire face à ses nouvelles attributions et pallier les insuffisances.

Elles concernent le déplafonnement de l’effectif total des magistrats et son relèvement, l’obligation pour la Cour d’auditer annuellement ses propres comptes et de faire évaluer périodiquement ses performances par ses paires ou par la Cour des comptes de l’UEMOA et la consécration d’une disposition aux cas des exceptions d’inconstitutionnalité entre autres. FIN

Omer/Rédaction

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*