Sodja Kalaha: « Que le gouvernement prenne toutes les dispositions, qu’il assume ses responsabilités pour que nos doléances soient discutées et qu’on trouve des solutions définitives »

L’année scolaire 2014/2015 a connu des perturbations, suite à des grèves à répétition. Afin d’aplanir les points de divergence et planifier la mise en œuvre des acquis pour une rentrée scolaire 2015/2016 apaisée, les acteurs du système éducatif national, dont les fédérations des syndicats d’enseignants, se sont retrouvés en conclave vendredi et samedi à Kpalimé, localité située à environ 120 km au nord de Lomé.

Les ministres Komi Paalamwè Tchakpélé (des enseignements primaire et secondaire) et Georges Aïdam de (l’enseignement technique et de la formation professionnelle) ont pris part aux travaux.

Qu’est-ce qui a été retenu à la fin de cette rencontre? Quelle est la position du gouvernement par rapport aux doléances des enseignants ? etc… autant de questions que l’Agence Savoir News a posées à Sodja Kalaha, l’un des responsables syndicaux.

Savoir News: Bonjour, présentez-vous à nos lecteurs

Sodja Kalaha: Je réponds au nom de Sodja Kalaha. Je suis le secrétaire général de l’Union des Syndicats des Enseignants du Togo (USET) et porte-parole des Fédérations des Syndicats des Enseignants (FSE).

Vous avez clôturé vendredi, votre conclave à Kpalimé, quelles sont vos premières impressions?

Nos premières impressions : l’atelier s’est bien déroulé. On a débattu de quelques thèmes concernant le problème des enseignants en général et précisément la rentrée scolaire 2015/2016. Nous espérons que le gouvernement fera tout pour que la rentrée scolaire ait lieu le 28 septembre prochain.

Vous avez énuméré devant la presse, un certain nombre de doléances au début des travaux. Ces points ont ils été abordés ? Si oui, qu’est-ce qui a été retenu ?

Au faite l’atelier n’a pas pour objectif d’aborder ou de discuter des doléances, ces points ont déjà été abordés au cabinet la semaine passée. On a énuméré nos doléances bien sûr ici, on a échangé par rapport aux doléances qui sont déjà abordées, précisément l’élargissement des primes aux enseignants des confessionnelles, l’amélioration de la prime d’incitation à la fonction enseignante et les primes de rentrée et de bibliothèque. Par rapport à ces points, il est retenu que les primes de rentrée et de bibliothèque seront payées dans un bref délai.

Qu’est- ce que vous voulez dire par « bref délai »? Soyez précis.

C’est au gouvernement de préciser ce « bref délai ». En principe, selon nous, dans notre compréhension, c’est avant la rentrée scolaire prochaine. Puisque pour nous, ces primes doivent être payées avant la rentrée. Pour nous, +bref délai+, signifie +incessamment+. Mais ils ont promis quand même qu’ils vont le faire, qu’ils vont mettre les enseignants à l’aise.

Puisque le souhait de tous les enseignants, c’est d’avoir ces primes-là avant la rentrée. Nous espérons que les autres points seront discutés dans un calendrier qui sera très bientôt établi pour que d’ici décembre, tous les points soient satisfaits.

A cette allure, pensez-vous à une rentrée scolaire apaisée ?

Notre souhait, c’est que la rentrée soit apaisée. Le souhait de tous les enseignants, c’est que cette rentrée soit apaisée. Aucun enseignant, aucun parent d’élèves ne voudrait pas que chaque fois, qu’il y ait des conflits.

Qu’avez-vous à dire à l’endroit du gouvernement, puis à l’endroit de vos camarades enseignants?

A l’endroit du gouvernement, nous proposons qu’il fasse le nécessaire et tout possible, pour que toutes nos doléances soient discutées et qu’on trouve des solutions définitives, pour qu’on ne revive plus les conflits de l’année dernière.

Que le gouvernement prenne toutes les dispositions, que le gouvernement assume ses responsabilités pour que cette année scolaire ne soit pas comme celle de l’année passée, afin que tous les acteurs de l’éducation (les élèves, les parents d’élèves, les enseignants) soient rassurés que l’année va être bon, c’est-à-dire apaisée. C’est notre souhait.

Aux camarades enseignants, nous demandons — toujours en tant que syndicalistes – d’être toujours mobilisés et d’être à l’écoute. Très bientôt, nous allons organiser une Assemblée générale à Lomé pour les informer par rapport aux résultats.

Donc, nous demandons aux enseignants d’être à l’écoute, peut être qu’on aura quelque chose à leur dire dans les jours avenir, par rapport à la conduite à tenir.

Nous leur demandons d’être mobilisés et surtout d’être prudents, de ne pas accepter les rumeurs et d’être à l’écoute de leurs responsables de fédération et que dans les prochains jours, ils auront des précisions sur la conduite à tenir. FIN

Propos recueillis par Ahmed MAESTRO (Correspondant à Kpalimé)

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24