Renouvellement des délégués du HCTE : Deux semaines après son lancement, le processus évolue normalement

Charles Koffi Azilan

Lancé il y a deux semaines par le ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des togolais de l’extérieur, le processus devant aboutir à l’élection des délégués du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE) évolue normalement, ont précisé lundi à Lomé les directeurs des togolais de l’extérieur et du guichet de la diaspora.

Face à la presse, Charles Koffi Azilan (directeur des togolais de l’extérieur) et Safiou Radji (coordonnateur du guichet diaspora) ont rappelé les enjeux de l’élection pour le renouvellement des membres du HCTE et appelé à une mobilisation de la diaspora autour de ce processus totalement inclusif.

Les appels à candidatures pour ce scrutin sont ouverts depuis le 18 juillet et se poursuivent jusqu’au 17 août. La révision de la liste électorale se poursuit pour sa part jusqu’au 15 septembre. Suivra l’étape de l’évaluation des candidatures, de la campagne électorale et du vote qui se déroulera exclusivement en ligne en novembre prochain.

Toutes les informations relatives à cette élection peuvent être consultées sur le www.diasporatg.org, une plateforme dédiée à cet effet, puisque l’ensemble du processus se déroulera en ligne.

Les candidatures sont ouvertes aux présidents d’associations de la diaspora et aux personnes répondant à certains critères bien définis : être de nationalité togolaise et âgé de 21 ans révolus à la date de dépôt de la candidature, s’engager à demeurer dans son pays de résidence pendant les 3 ans du mandat, avoir le leadership et une capacité à mobiliser des équipes, jouir d’une bonne moralité et être engagé au sein de la diaspora togolaise dans son pays de résidence.

Le candidat doit être doté d’un esprit patriotique et fédérateur, d’un amour pour la patrie. La capacité de mobilisation fait également partie des critères.

« Le processus électoral de renouvellement des membres du HCTE a été lancé le 18 juillet dernier et deux semaines après ce lancement, nous avons jugé bon de rencontrer la presse pour dire le chemin qui a été parcouru et saisir l’occasion pour mobiliser les togolais de l’extérieur à s’approprier le processus qui est le leur en posant deux actes : soit en se portant candidat au poste de délégué ou à être électeur et participer au choix de ceux qui auront la charge de représenter la diaspora togolaise », a indiqué M. Azilan.

Les directeurs des togolais de l’extérieur et du guichet de la diaspora

L’une des innovations de cette élection est que le nombre de délégués pays à élire cette année est de 48 contre 77 en 2019. Ils seront répartis dans quatre zones dans le monde dont 22 pour l’Afrique, 14 pour l’Europe, 5 pour la zone Amérique-Caraïbes et 7 pour la zone Asie-Océanie.

« Le processus se déroule en plusieurs phases et les phases essentielles sont l’appel à candidature et l’appel à inscription des électeurs. Ensuite suivront la période d’évaluation des candidats, l’ouverture de la campagne et la période du vote proprement dit. Cette période est cruciale parce que le vote se fait en ligne et nous demandons aux électeurs de penser à ouvrir leur compte d’électeur en amont ce qui permet de savoir s’ils ont la capacité de vote. La sécurité et la fiabilité du processus sont garanties et tiennent au fait que seule l’autorité a accès aux données et personne d’autre. Ça permet de tracer les données et il n’y a aucun risque de fuite », a précisé pour sa part M. Radji.

« Nous prenons le temps qu’il faut pour convaincre nos compatriotes et on y arrive. Les résultats des recensements vont prouver qu’on arrive quand même à convaincre malgré les sceptiques », a-t-il ajouté.

Les candidats au poste de Délégués Pays postulent en ligne en complétant un formulaire de candidature qui permettra d’évaluer leurs capacités à assumer les missions assignées aux membres du HCTE. Une fiche de missions et de profil est établie à cet effet. Les dossiers de candidature se composent du formulaire de candidature à remplir en ligne accompagné des pièces d’identité.

Il faut noter que le mandat des délégué pays élus en 2019 court jusqu’en novembre prochain. Ces délégués ont joué un grand rôle pendant le pic de la crise sanitaire due à la covid-19 en ce qui concerne le rapatriement des togolais. Ils servent également de relais d’information à l’endroit de la diaspora.

Rappelons que le HCTE est un organe consultatif de statut associatif, non partisan, non discriminatoire et à but non lucratif. Il n’est affilié à aucune obédience confessionnelle, philosophique ou politique. S’appuyant sur le Guichet diaspora, le HCTE est l’interface entre le gouvernement et la diaspora togolaise sur toutes les questions d’intérêt commun et reste le canal privilégié pour engager de façon ordonnée et inclusive les actions de la diaspora dans le processus de développement national. FIN

Chrystelle MENSAH

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*