Réduire les accidents de la route au Togo : 3,14 milliards de F.CFA pour un plan d’actions prioritaires sur 2 ans

Photo@Archives

Le gouvernement togolais a adopté ce mercredi un projet de décret, portant politique nationale de la sécurité routière, afin de réduire les accidents de la route au Togo, indique un communiqué du conseil des ministres.

Cette politique vise notamment à renforcer la sécurité routière en vue de réduire les accidents et la mortalité liés à ceux-ci d’au moins 50%.

Le document est construit sur cinq piliers autour desquels est élaboré un plan d’actions prioritaires d’un coût estimatif de 3,14 milliards sur une période de deux ans, représentant la phase d’urgence, souligne le communiqué.

L’adoption de la politique nationale de la sécurité routière, fait suite à la communication présentée lors du conseil des ministres du 4 novembre dernier, séance au cours de laquelle le ministre en charge des transports routiers, avait présenté une communication pour la mise en place de cette politique nationale, en vue de renforcer les dispositifs de surveillance et de contrôle.

Ainsi donc, face à la recrudescence des accidents de la route, la politique de la sécurité routière, mettra principalement en avant une approche basée sur les piliers suivants : management, infrastructure, véhicule (qualité des véhicules), usagers et secours.

Les accidents de la route font assez de dégâts humains ces dernières années au Togo.

Au moins 241 personnes ont péri dans ces accidents le premier semestre de cette année, contre 354 morts pour la même période l’année dernière, selon des chiffres publiés en juillet par le ministre de la sécurité le général Yark Damehame.

Au total 3.734 blessés ont été recensés contre 4.483 blessés en 2019.

Environ 592 morts ont été enregistrés à fin 2018. Le chiffre le plus inquiétant a été enregistré en 2014 : 802 morts. Ce qui a poussé le gouvernement à prendre certaines mesures dont notamment le port de casques pour les motocyclistes et l’interdiction faite aux véhicules de plus de 15 places, de circuler de 18H à 5H.

Les causes de ces accidents sont liées en général au non-respect du code de la route, les dépassements défectueux et surtout l’excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse. FIN

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*