PPAAO-Togo : Des résultats salutaires (DOSSIER)

Le PPAAO (Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest) — Programme sous-régional — est mis sous tutelle du ministère de l’agriculture, de la production animale et halieutique. C’est  l’un des projets phares du Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA).

Le PPAAO-Togo est mis en œuvre depuis le 15 décembre 2011 avec un premier financement en don de 12 millions de dollars US accordé par la Banque Mondiale et de 4 millions de dollars US pour la contrepartie de l’État.

Après la clôture de la phase initiale en juin 2017, le projet a bénéficié d’un financement additionnel en prêt de 10 Millions de dollars US de la Banque mondiale et de 2 Millions de dollars US de l’État pour une durée de trois ans (2017-2019).

Ce financement a permis au projet d’intervenir dans différents domaines d’activité: (i) le transfert et la diffusion de technologies, (ii) le développement de système semencier viable, (iii) la génération/adaptation des technologies et (iv) le renforcement de capacités et la coopération régionale pour créer au niveau de la sous-région, un espace de libre échange des technologies agricoles.

Du « système de riziculture intensive » au « genre » en passant par « l’étuveuse de riz »

Le système de riziculture intensive (SRI) est une pratique agro-écologique et efficace introduite par le PPAAO pour améliorer le rendement des producteurs. Elle permet aux agriculteurs de produire plus de riz en utilisant moins de semences, d’eau et d’engrais minéraux. Sur 1 ha de superficie, les paysans peuvent obtenir jusqu’à 4,95 tonnes de riz paddy avec le SRI contrairement à la méthode conventionnelle qui donnait un rendement de 2,49 tonnes de riz par hectare.

Ainsi, le résultat abondant que produit cette pratique culturale est un véritable succès pour les coopératives qui non seulement produisent mais aussi transforment le riz.

Pour leur faciliter la tâche, le PPAAO à soutenu des groupements de femmes en mettant à leur disposition des étuveuses de riz, une technologie composée d’une marmite et d’une passoire pour cuire le riz à base de la vapeur issue de l’ébullition de l’eau.

Les étuveuses sont utilisées à plus de 90% par des femmes et des jeunes pour prendre en compte l’aspect du genre pour lequel le PPAAO à offert des formations. En dehors de l’étuveuse, le projet a aussi développé des technologies genres sensibles à l’instar du four multi combustible, des sacs pics, de l’égreneuse multifonctionnelle, des cannes planteuses.

Les géniteurs ovins caprins

Les géniteurs sont des races performantes et vigoureuses reconnues par leur capacité à donner des descendants résistants et qui s’adaptent très vite au climat. Le PPAAO à fourni à la station de recherche de l’ITRA basée à Kolokopé, des géniteurs ovins (mouton) et caprins (chèvre) pour augmenter la productivité et permettre à la station de fournir aux éleveurs, des géniteurs de race performante en vue d’augmenter le cheptel de ces derniers, d’améliorer leur revenu et de réduire la pauvreté en milieu rural.

Depuis sa mise en œuvre, le projet a fourni 1620 géniteurs ovins caprins à la station avec des équipements pour fabriquer du foin pour nourrir les animaux en contre saison et aussi une réhabilitation des enclos, des bâtiments ainsi qu’une fourniture en matériel roulant au personnel de la station.

Le machinisme agricole

Pour réduire la pénibilité des travaux post récoltes, le PPAAO a soutenu la génération des technologies agricoles à l’instar desquelles l’extracteur, la décortiqueuse, la mini moissonneuse batteuse.

L’extracteur est une machine en forme d’oiseau muni d’un système de moteur amovible. Elle permet de broyer 7 à 10 m3 de courge par heure sans détruire les graines. Elle fonctionne à base d’un moteur électrique ou à essence d’une puissance de 5.5 Kw.

La décortiqueuse est une machine électrique d’une puissance de 7.35 kw avec une capacité de décorticage de 250 à 300 kg de graines de courge en une heure. Le rendement de décorticage est de 97 % après deux tours de graines décorticage.

La mini-moissonneuse batteuse est générée pour résoudre les problèmes de main d’œuvre en milieu rural, de pénibilité du travail manuel, de faible rendement des cultures après récolte et des difficultés d’accès au champ avec les engins lourds. Avec une consommation de 0,8 à 1,2 litres de carburant par hectare, la mini-moissonneuse a une largeur de coupe de 100 cm et un taux de perte totale inférieur à 3% ainsi qu’un ratio des impuretés inférieur à 10% avec une productivité de 667-1000 m2/h. Elle est conçue pour toutes les cultures qui portent des gerbes, principalement le riz, le soja et le mil.

Appui multiforme du PPAAO à l’ITRA

L’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA) à acquis du PPAAO du matériel performant afin d’être à la hauteur des défis de l’heure en matière de recherche. L’institut a aussi bénéficié du renforcement des infrastructures et équipements, d’une réhabilitation en cours des laboratoires de biosécurité et de la formation des chercheurs en vue d’assurer de bonnes compétences requises pour des laboratoires accrédités.

Parmi les équipements fournis par le PPAAO se trouvent le digesteur, le four à calcination, le minérisateur d’eau qui permettent de réaliser des analyses plus performantes comme la détermination de certains métaux lourds (le fer, le zinc) dans les produits. Le PPAAO a aussi réhabilité les bâtiments du laboratoire de contrôle de qualité des aliments de l’ITRA pour renforcer le dispositif institutionnel.

Par ailleurs, le PPAAO à aussi facilité le déplacement des agents de ladite institution en mettant à leur disposition du matériel roulant de qualité. À travers ces appuis multiformes, le PPAAO à contribué à redorer le blason de l’ITRA qui est aujourd’hui l’institut de recherche par excellence au Togo.

Les rendements de maïs et du riz améliorés

Globalement ces interventions ont permis d’améliorer les rendements de maïs de 39% et ceux du riz de 9% auprès des bénéficiaires du projet.

Dans le domaine de l’adoption accélérée des technologies, le projet a appuyé la mise en place de 650 champs écoles agriculteurs à l’intérieur desquels les paysans ont fait l’apprentissage des technologies promues dans le cadre du projet.

De même, le PPAAO à appuyé la production de 1620 géniteurs ovins caprins à la station de recherche de l’ITRA et fourni du matériel nécessaire à la fabrication du foin pour nourrir le bétail en contre-saison.

Au terme de l’exécution de la phase initiale et de la phase additionnelle, le projet à touché 613.610 bénéficiaires (dont 250.199 femmes soit 40,8%), 101.302 bénéficiaires utilisent les technologies générées par d’autres pays et introduites par le projet.14 technologies sont générées par le projet sur une cible de 10 et 87% de producteurs ont connaissance des technologies diffusées au travers du projet.

Environ 364.547 ha de superficies sont couvertes par les nouvelles technologies sur une cible de 300.000 en fin de projet et 422.971 bénéficiaires (transformateurs/ producteurs) ont adopté au moins une technologie rendue disponible par le projet sur une cible de 350.000 prévue en fin de projet. FIN

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*