Togo/Parlement: Une trentaine de participantes à une session de dissémination des codes des personnes et de la famille et pénal révisés

Remise d'une copie des deux textes à une participante par la présidente du Caucus des femmes parlementaires

Une trentaine de femmes députés et de l’administration parlementaire ont pris part samedi au siège de l’Assemblée nationale à Lomé, à une session de dissémination des dispositions du code des personnes et de la famille et du code pénal révisés, initiative du Caucus des femmes parlementaires.

La rencontre s’est déroulée en présence de Mme Ibrahima Méimounatou (présidente du Caucus des femmes parlementaires et 2ème vice-présidente de l’Assemblée nationale).

Trois communications ont meublé cette session : La première relative au code des personnes et de la famille (présentée par Kobauyah Tchamdja-Kpatcha, directrice du sceau, de la nationalité et de l’identité civile, membre du Comité des Droits de l’homme des Nations Unies), la deuxième a porté sur les aspects notariés ainsi que la stratégie pour l’efficacité de jouissance des droits par les femmes (présentée par Me Abougnima Molga) et la troisième sur le code pénal révisé (avec Me Justine Mawulawoè Azanledji, premier avocat général près la Cour Suprême du Togo).

Vue partielle des participantes

Principal objectif visé : amener les femmes députés et leurs sœurs de l’administration parlementaire à se familiariser avec les dispositions du code des personnes et de la famille et du code pénal révisés, afin de leur expliquer les différents mécanismes prévus pour une jouissance effective de ces droits.

Ce qui leur a permis d’avoir une meilleure compréhension de ces deux textes.

Il a été partagé avec ces femmes, l’esprit et la lettre de ces dispositions spécifiques afin de les soustraire de l’ignorance de leurs droits.

« Le Caucus des femmes parlementaires a organisé cette session de dissémination du code des personnes et de la famille et du code pénal révisés pour permettre aux femmes parlementaires et l’administration parlementaire que nous sommes, de nous approprier les dispositions de ces deux codes en vue de leur vulgarisation. Une chose est de voter les lois et une autre est de les faire connaître », a souligné Mme Ibrahima Méimounatou.

La table d’honneur, lors de la rencontre

« La session a porté sur plusieurs dispositions notamment celles qui protègent la famille en général et la femme et les enfants en particulier. Nous avons également parlé des violences physiques et psychologiques faites aux conjoints et nous avons fait le tour de tous les maux qui minent nos sociétés », a-t-elle précisé.

Rappelons que la dernière révision du code des personnes et de la famille remonte au 17 novembre 2014 et celle relative au code pénal, au 11 octobre 2016 avec des avancées importantes et de nouvelles dispositions en faveur de la femme. FIN

Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*