Lutte contre le terrorisme au Togo: Des journalistes sensibilisés à Lomé pour le meilleur traitement de l’information

Le président de la HAAC (au milieu) à l'ouverture de la rencontre

Une centaine de professionnels des médias de la région maritime et du Grand Lomé ont démarré ce lundi à Lomé, deux jours de conclave visant à les sensibiliser sur les comportements à adopter pour un traitement professionnel des informations relatives au terrorisme.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la première phase des séminaires régionaux initiés par la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC).

Ce conclave qui se déroulera aussi à Atakpamé et Dapaong, a pour thème : « Médias et lutte contre le terrorisme au Togo ».

Pour la HAAC, il est question à travers ces conclaves, de sensibiliser et d’informer les professionnels des médias sur les comportements à adopter et le traitement professionnel des informations en cette période très sensible où le Togo a déjà enregistré des attaques terroristes.

Le gouvernement à décrété depuis le 13 juin dernier, l’état d’urgence sécuritaire pour trois mois dans cette région. Il a été prorogé de six mois, le gouvernement ayant obtenu l’aval de l’Assemblée nationale.

« Ces séminaires se dérouleront sous l’encadrement et l’animation des membres de la HAAC et avec la participation active des personnes ressources de la HAAC et des représentants des forces de défense et de sécurité et des départements ministériels engagés ou impliqués dans la mise en œuvre de l’état d’urgence sécuritaire », a déclaré Pitalounani Télou (président de la HAAC).

« L’objectif principal de ces séminaires est de rappeler aux médias les obligations de traitement professionnel de l’information en temps de crise sécuritaire, provoquée par des groupes terroristes venus de l’extérieur », a-t-il précisé.

Trois panels vont meubler la rencontre : (i) Regards croisés sur le traitement de l’information relative aux attaques terroristes de la région des savanes ; (ii) immersion dans la réglementation ; (iii) les perspectives.

Vue partielle de l’assistance

« Le nouveau défi auquel fait face notre pays en ces moments sensibles appelle journalistes et autres acteurs des médias à résoudre l’équation difficile : entre +le droit d’être informé+, +la liberté des médias+ et +l’éthique journalistique +. La nouvelle dynamique du terrorisme et le passage à un environnement médiatique de plus en plus numérique avec une large portée et une rapidité sans précédent avec laquelle l’information se répand sur internet, constituent des défis majeurs à considérer dans cette lutte commune que nous menons », a confié le secrétaire général du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires.

« Les journalistes et les autres acteurs des médias ont la responsabilité de mettre à disposition du public, des informations précises et complètes sur les actes terroristes et les menaces potentielles et d’éviter le sensationnalisme pouvant conduire à la propagation d’un sentiment de peur ou de chaos », a-t-il ajouté.

Rappelons que le Togo a enregistré cinq attaques terroristes dont deux meurtrières depuis novembre 2021. FIN

Chrystelle MENSAH

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*