Lutte contre le jihadisme: Le Niger va acheter du matériel militaire dont des drones à la Turquie

Le Niger, qui combat depuis des années les jihadistes, va acheter du matériel militaire à la Turquie, dont des drones, des avions et des véhicules blindés, ont indiqué samedi les deux pays.

« Le président Recep Tayyip Erdogan a eu une conversation téléphonique avec le président du Niger Mohammed Bazoum (…) Le président Erdogan a déclaré que le drone armé TB2, l’avion de formation Hurkus et les véhicules blindés qui seront achetés par le Niger à la Turquie augmenteront les capacités des forces militaires et de sécurité de ce pays », selon un communiqué de la Radio et Télévision de Turquie (TRT) dont une copie a été transmise samedi à la presse locale par la présidence nigérienne.

Une source proche de la présidence nigérienne a « confirmé » samedi à l’AFP « l’entretien qui a eu lieu cette semaine au téléphone entre les présidents Recep Tayyip Erdogan et Mohammed Bazoum ».

Les deux présidents ont évoqué « les prochains achats par le Niger de drones, d’avions militaires ainsi que des blindés turcs », selon cette source.

Selon le communiqué de la TRT, le président Erdogan « a exprimé ses condoléances » pour les personnes tuées mardi dernier « dans les attaques armées » dans l’ouest nigérien et « précisé que la Turquie soutenait les efforts du Niger pour lutter contre le terrorisme ».

Le président Erdogan « s’est dit convaincu que le Niger poursuivra son étroite coopération dans la lutte contre l’organisation terroriste guléniste (FETO) », bête noire du régime turc, relève par ailleurs le communiqué de la TRT.

Le 16 novembre, 20 civils ont été tués dans une attaque de jihadistes présumés dans le campement de Bakorat dans la région de Tahoua (ouest du Niger), près du Mali, selon le ministère nigérien de l’Intérieur.

Début novembre 2021, au moins 69 villageois, dont le maire de la commune de Banibangou, ont été tués par des jihadistes présumés dans la région de Tillabéri (ouest) également proche du Mali. Tillabéri – dans la zone dite des trois frontières (Burkina Faso-Mali-Niger) – et Tahoua, deux régions immenses et instables, sont le théâtre depuis 2017 d’actions meurtrières de groupes armés liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI).

De plus en plus présentes au Niger, les entreprises turques ont décroché plusieurs contrats dont un de 152 millions d’euros pour moderniser l’aéroport de Niamey, un autre de 50 millions d’euros pour un hôtel de standing ou celui de 38 millions d’euros pour le nouveau siège du ministère nigérien de Finances, au coeur de la capitale.

En 2019, la Turquie a construit un hôpital de 100 millions d’euros à Maradi (centre-sud), troisième ville du pays, proche du Nigeria.

SOURCE : AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*