L’intégration ouest-africaine face aux crises : Jeunes des partis politiques et de la société civile en conclave à Kpalimé

La table d'honneur à l'ouverture de la rencontre

Des jeunes des partis politiques (parlementaires et extraparlementaires), de la société civile et des boursiers de la Fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS), participent depuis mercredi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), à une rencontre d’échange ou « académie politique » de trois jours sur le thème « l’intégration ouest africaine à l’épreuve des crises ».

La rencontre organisée par la Fondation Konrad Adenauer Stiftung (KAS), a pour objectif de donner l’occasion aux jeunes de se retrouver et pour échanger avec des personnes ressources, de s’informer, de renforcer leurs connaissances sur la problématique des différentes crises que connaît la sous-région et de réfléchir également sur les questions liées à l’intégration sous régionale.

Ce rendez-vous permettra de présenter à ces jeunes engagés en politique, l’état des lieux, les défis et perspectives de la crise du covid-19 et son impact sur l’économie des Etats membres de la CEDEAO et au Togo, de les amener à prendre connaissance des impacts de la crise sanitaire sur les activités humaines (physique, économique, commerciale, sociale et sécuritaire) dans l’espace CEDEAO.

Ces jeunes suivront plusieurs communications : la crise sanitaire de la covid-19 face à la libre circulation des personnes et des biens : quels sont les défis à relever par les Etats membres et les institutions de la CEDEAO ? Quels sont les impacts de cette crise sur l’emploi des jeunes dans l’espace CEDEAO et au Togo : challenges et perspectives ? Quelles approches pour assurer la libre mobilisation des organisations politiques et la participation citoyenne face aux défis sécuritaires en temps de covid-19 ?…

Vue partielle des participants

Sogoyou Békéyi (secrétaire général de la préfecture de Kloto) a exhorté les jeunes à saisir l’occasion de cette rencontre pour échanger avec les personnes ressources pour s’informer et renforcer leurs connaissances sur ces problématiques en vue de les partager en retour, avec leurs responsables et les autres jeunes de leurs structures d’origine pour des décisions et actions d’intérêt général.

Théodore Golli (chargé de Programme Dialogue Politique en Afrique de l’Ouest à la Fondation Konrad Adenauer Stiftung), a indiqué que face aux défis liés aux crises, il est important que des jeunes et leaders politiques et de la société civile réfléchissent sur l’avenir de l’intégration.

Il a souhaité que ces trois jours de partage, soient des moments d’échanges et de discussions susceptibles d’amener les Etats à aller vers l’intégration.

« L’Afrique de l’Ouest a subi trop de crises, il faudrait que ceux qui représentent l’avenir de l’Afrique de l’Ouest puissent travailler à ce que nous sortions de cette crise pour un développement harmonieux de l’Afrique de l’Ouest », a souligné M. Golli.

Les participants

Tchala Dogo (secrétaire général de Kloto 1) a de son côté rappelé aux participants l’intérêt de l’intégration.

« Au-delà de toutes les connotations politiques, tout le monde est appelé à vivre la même situation dans les mêmes circonstances, sans appartenance politique, religieuse et sans considération », a-t-il prodigué.

« Aujourd’hui, nous transposons cette rencontre dans le contexte de Covid-19. Il est important que nous nous disions qu’au-delà de nos appartenances politiques, nous avons un seul sort et le sort idéal que nous avons tous : c’est le développement », a souligné M. Tchala. FIN

De Kpalimé, Omer/Rédaction

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*