Covid-19: « Il est important que l’Afrique dispose de moyens lui permettant également d’accélérer sa croissance économique et sa marche vers la prospérité » (Faure Gnassingbé)

Le président Faure Gnassingbé

L’Afrique doit également disposer de moyens nécessaires lui permettant « d’accélérer sa croissance économique et sa marche vers la prospérité », la pandémie ayant « fortement impacté nos économies », a martelé le président Faure Gnassingbé lors du sommet sur la constitution des ressources pour l’IDA 20 tenu jeudi à Abidjan.

Les pays africains ont plaidé auprès de la Banque mondiale pour obtenir de nouveaux plans d’aide afin de financer leur relance économique et un meilleur accès à la vaccination contre le Covid-19, pour rattraper le lourd retard du continent dans ce domaine.

« La pandémie a fortement impacté nos économies et au moment où les autres zones géographiques commencent à connaître une reprise économique forte, il est important que l’Afrique dispose des moyens lui permettant également d’accélérer sa croissance économique et sa marche vers la prospérité », a souligné Faure Gnassingbé.

« En appuyant nos États aussi bien dans l’acquisition des matériels sanitaires nécessaires à la riposte, que dans la vaccination ou encore dans la relance économique, le Groupe de la Banque mondiale à travers l’IDA, a démontré une fois de plus, son rôle prépondérant dans la marche du continent vers la réalisation des Objectifs du Développement Durable », a-t-il précisé.

Mais pour aller encore plus loin, le président togolais a suggéré que l’IDA s’appuie sur les institutions de développement régionales comme la BOAD « pour mieux adresser la double question du financement des infrastructures par le secteur privé dans un contexte de gestion rigoureuse de nos capacités d’endettement public ».

Faure Gnassingbé a insisté également sur le « rôle primordial que doit jouer le secteur privé dans la création massive d’emplois aussi bien dans la transformation agro-industrielle et manufacturière que dans les infrastructures ».

Une déclaration a clôturé le sommet d’Abidjan, document dans lequel les dirigeants africains ont souhaité pouvoir obtenir « au moins 100 milliards de dollars » d’ici la fin de l’année 2021 pour que le continent puisse « mieux se reconstruire » après la crise sanitaire due au Covid-19.

Créée en 1960, l’IDA est une institution du Groupe de la Banque mondiale. Elle vise à réduire la pauvreté en accordant des prêts sans intérêt et des dons aux pays éligibles à travers le financement des programmes de développement. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*