Agri : Conserver de la tomate sur une longue durée, Ena Komlavi Diapéna maîtrise le secret

Ena Komlavi Diapéna et les boîtes de tomates, bien conservées

De la tomate fraîche en purée et entière, conservée depuis août 2019: une découverte de Ena Komlavi Diapéna (technicien agricole).

Principal objectif visé par Diapéna : aider à lutter contre les pénuries de tomates, souvent observées à l’approche des fêtes, alors qu’il arrive des périodes où la tomate est en abondance et pourrit aussi bien au champ que dans les marchés. Pour ce technicien agricole de formation, c’est un gaspillage qu’il faut corriger.

« J’ai longtemps réfléchi sur les pénuries que connaît le Togo à certaines périodes de l’année et pour plusieurs produits dont la tomate, un ingrédient qui entre quotidiennement dans la préparation de nos repas. C’est ce qui m’a amené à me lancer dans cette initiative qui vise la conservation de denrées comme la tomate. Le but est d’encourager la transformation de ce produit, afin d’en disposer en période de pénurie ».

Depuis qu’il a fini sa formation au Centre Songhaï situé à Porto-Novo (Bénin), Ena Komlavi Diapéna, n’a pas cessé de réfléchir à ce qu’il peut apporter à sa communauté. Technicien agricole de formation, il s’est lancé dans la lutte contre la pauvreté à travers la promotion de l’agriculture et la transformation agroalimentaire.

« Et en réfléchissant aux gaspillages de tomates que nous connaissons en période d’abondance après les récoltes, et la cherté de ce produit pendant les fêtes de fin d’années, je pense qu’il faut encourager et promouvoir la transformation. Ces tomates entières sont conservées en bouteille depuis août 2019, pareil pour le concentré de tomate. Bien d’autres produits comme le piment font également partie de mon projet de transformation, afin de pouvoir les conserver sur une longue période ».

Conservée dans des bouteilles vides de mayonnaise, la tomate n’a perdu ni son goût, ni sa texture, et encore moins sa fermeté (pour les tomates entières). Et cela dure depuis août 2019.

Les tomates en bouteilles, bien conservées

« J’ai utilisé la race dénommée Petomech pour une première expérience. Les bouteilles seront conservées jusqu’à deux ans et peut-être trois ans, afin de mesurer le degré de conservation sous cette forme. Les tomates ont été séparées en deux. J’ai réduit une partie en purée pour en faire un concentré de tomate prêt à l’utilisation, et j’ai laissé l’autre partie entière », a-t-il expliqué.

Notons que Komlavi Ena Diapena a également mis en place depuis 2011, l’Association Panafricaine pour le Développement (APAD), une structure de 13 personnes dont 5 femmes, ayant pour but de faire germer en ses membres, le goût de l’initiative.

Spécialisé en agriculture, élevage, transformation agro-alimentaire et artisanale, M. Diapena prodigue également des conseils et s’investit personnellement dans la formation des cultivateurs et maraîchers de son association.

« Toutes ces compétences proviennent de mon séjour au Projet Songhaï où j’ai pu acquérir des compétences nécessaires pour faire de l’agriculture, un moteur de développement dans ma communauté, et penser des solutions pour conserver nos cultures. Nous envisageons également lancer la production de champignons ». Pour plus d’informations contactez M. Diapena au +228 90 07 79 72 FIN

Ambroisine MEMEDE

www.savoirnews.tg, l’info en continu 24H/24

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*