28ème journée mondiale du réfugié : Les réfugiés à l’honneur ce lundi à Lomé

La table d'honneur, lors de la célébration

C’est dans une ambiance festive qu’a été célébrée ce lundi à l’espace aéré de la BCEAO à Baguida (commune du Golfe 6), la journée mondiale du réfugié, instituée par les Nations Unies pour honorer les réfugiés dans le monde entier, a constaté une journaliste de Savoir News.

La cheffe du bureau du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) au Togo Mme Edoh Monique Atayi et le directeur de cabinet du ministère de l’action sociale Kofi Gani ainsi que des réfugiés de plusieurs nationalités ont participé à cette célébration.

Placée sous le thème : « Chacun, partout, tout le temps, toute personne a le droit à la sécurité », l’édition 2022 de la journée mondiale du réfugié revêt une importance particulière au regard du conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine qui a fait plus de 10 millions de réfugiés ukrainiens. En Afrique, les attaques terroristes ont aussi fait des milliers de déplacés.

Remise de prix à un réfugié

« La journée mondiale des réfugiés est observée pour commémorer la résilience des réfugiés. Cette année, le thème retenu nous appelle à un peu plus de solidarité envers ces millions de personnes qui se sont déplacées de chez elles pour se retrouver dans une terre d’asile. Les statistiques nous parlent. Plus de 10 millions de déplacés dans le monde selon les statistiques du HCR de mai 2022. C’est pour cela qu’au niveau du HCR, un appel est lancé à travers ce thème pour plus de solidarité envers ces gens qui se déplacent de leurs lieux pour des raisons diverses. C’est aussi le moment de saluer les efforts de tous les gouvernements pour ce qu’ils font pour accueillir ces déplacés », a souligné Mme Atayi.

Le HCR n’a pas manqué de remercier le gouvernement et le peuple togolais pour tous les efforts consentis en faveur des réfugiés.

Vue partielle de l’assistance

« Nous saluons les efforts du gouvernement togolais qui, pour le cas des ivoiriens, n’a pas attendu. En 2017, le Togo a organisé un forum pour réfléchir sur les solutions durables à appliquer aux réfugiés qui sont sur le territoire. En 2018, un comité a été mis en place pour le suivi de ces recommandations. Entre autres activités de ces recommandations, c’est le rapatriement volontaire et l’intégration locale. Le gouvernement a mis en place un système pour faciliter tout ce qui rentre dans le cadre de ces solutions « , a ajouté la représentante du HCR au Togo.

10.000 réfugiés urbains et ruraux

En décembre 2021, le Togo comptait plus de 10.000 réfugiés urbains et ruraux de 22 nationalités. Pour les demandeurs d’asile on comptait 25 nationalités.

Visite des stands

Le directeur de cabinet a donc saisi l’occasion de cette célébration pour inviter l’ensemble des réfugiés au Togo à une franche collaboration avec la population locale.

« Nous savons que ces derniers temps, la situation sécuritaire n’est pas au beau fixe dans la sous-région ouest africaine. Dans ce contexte d’instabilité mondiale, le souhait du Togo c’est que chacun cultive la paix, le vivre-ensemble et que chacun se sente concerné par la question sécuritaire. Soyez vigilants, collaborez davantage avec la population locale », a-t-il déclaré.

Il faut noter que durant la célébration, trois réfugiés ont reçu le « prix meilleur entrepreneur ». Ces réfugiés sont rwandais, centrafricain et ivoirien.

« Cette distinction fait suite à un dur travail qui a été abattu pendant un bon moment. Je suis un réfugié centrafricain au Togo depuis 10 ans et c’est à travers les initiatives et les activités génératrices de revenus financés par le HCR que j’ai pu monter un établissement en assistance juridique et gestion de projets. Je suis également dans la rédaction des mémoires des étudiants et annexés par la photocopie, le traitement de texte et le transfert d’argent Tmoney. Cette distinction est une récompense qui me va directement au cœur », a confié Prince Dobo, l’un des gagnants du prix.

Prestation d’un groupe de réfugiés

Après la cérémonie officielle, les festivités se sont poursuivies par la visite de stands pour contempler quelques œuvres réalisées par les réfugiés. FIN

Chrystelle MENSAH

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*