Sécurité : Le Japon offre un lot de matériel de marquage d’armes au Togo

Le lot de matériel.

Le Japon a offert un lot de matériel de marquage d’armes au Togo, don réceptionné mercredi par le général Yark Damehame (ministre de la sécurité), a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

Ce geste s’inscrit dans le cadre du « projet d’assistance à la sécurité physique et gestion des stocks, marquage et destruction des armes obsolètes et leurs munitions au Togo ».

Exécuté par le Centre Régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC), il est financé par le Japon à hauteur d’environ 373 millions de FCFA.

Le projet vise à soutenir le Togo pour une lutte efficace contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres.

Composé de deux unités de commande, des compresseurs et de deux appareils de marquage, le matériel offert au Togo, amorce le processus de marquage des armes aussi bien des civils que des forces de défenses et de sécurité.

Depuis 2014, les opérations de marquage ont permis de recenser 10.030 armes détenues par la population civile. Le marquage des armes vise à faciliter l’immatriculation, l’identification, la création de base de données et le traçage de ces armes. Grace à ce traçage, il est beaucoup plus simple de détecter la fabrication et le trafic illicite des armes légères et de petits calibres à l’intérieur et à l’extérieur d’un État et de maitriser le flux des armes et munitions.

« La stabilité et la sécurité sont des conditions indispensables pour le développement économique de chaque pays y compris le Togo. Le Japon veut contribuer à la croissance économique durable du Togo. Et cette assistance technique est l’un des éléments très importants que nous espérons, va contribuer à réaliser la stabilité au Togo et dans l’ensemble de la région », a souligné Hideaki Kuramitsu (ambassadeur du Japon au Togo).

Photo de famille, après la cérémonie de remise.

Avec ce processus de marquage des armes sur son territoire, le Togo se met en phase avec les dispositions de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre, leurs munitions et autres matériels connexes.

« Aujourd’hui, avec l’aide du Japon, ce n’est plus seulement les armes détenues par la population civile qui seront marquées, mais toutes les armes y compris les armes des forces de défense et de sécurité. Dans les jours à venir, l’équipe de marquage va commencer par marquer les armes au niveau de la police nationale, des corps paramilitaires et après, se sera le tour des armes des forces armées », a précisé le général Yark Damehame.

« Les armes ne sont pas des jouets, ce sont des objets dangereux qui peuvent compromettre le développement de notre pays », a-t-il ajouté.

Il faut noter qu’au Togo, un civil qui veut posséder une arme, rédige une demande adressée au ministre de la sécurité et de la protection civile. Cette demande est envoyée à la police ou à la gendarmerie pour enquête de moralité sur le demandeur. Le rapport de cette enquête fait délivrer une autorisation d’importation d’une arme généralement des fusils de calibres 12 qui sont autorisés. Avec cette autorisation d’importation, une nouvelle demande de détention d’arme et de minutions est formulée avant l’autorisation définitive de détention d’une arme sur le territoire togolais. FIN

 

Chrystelle MENSAH

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*