Secteur des mines : Deux accords de partenariat entre le Togo et Dangote Industries Limited

Échange des documents

L’État togolais et Dangote Industries Limited (DIL) ont signé ce jeudi à Lomé, deux accords de partenariat dans le secteur des mines, lors d’une cérémonie présidée par le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé, a constaté l’Agence Savoir News.

Le premier accord porte sur la valorisation et la transformation du phosphate togolais en engrais phosphatés à destination de la région ouest africaine. Prévu pour démarrer avant la fin de cette année, le coût de ce projet de développement minier, est estimé à 2 milliards de dollars.

Le second accord est relatif à l’implantation d’une nouvelle cimenterie dans notre pays, à partir du clinker togolais et nigérian. Cette usine d’une capacité annuelle de 1.5 millions de tonnes de ciments permettra au gouvernement togolais de répondre aussi bien à la demande locale qu’à celle des pays limitrophes.

Signature des documents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux de construction de cette firme industrielle démarrent au 1er trimestre 2020 et sa mise en service interviendra avant la fin de l’année prochaine.

Estimé à 60 millions de dollars, cet investissement permettra la création de 500 emplois directs.

Ces deux projets de développement socio-économique initiés par le Président Faure Gnassingbé s’inscrivent dans le cadre du deuxième pilier du Plan national de développement (PND, 2018-2022).

Photo de famille avec le président Faure Gnassingbé.

Précisons que le PND s’est donné comme défi de faire du Togo, la « plateforme économique par excellence » dans la sous-région. En cinq années de mise en œuvre du Plan, plus de 4622,2 milliards F.CFA (environ 8,3 milliards $) de ressources seront mobilisées pour transformer structurellement l’économie togolaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois, améliorant le bien-être social.

Le rôle du secteur privé est prépondérant. Car, figure de proue de cette stratégie de développement, les privés pourraient y participer à hauteur d’un peu plus de 2999,1 milliards de F.CFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global du PND. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*