Qualité dans l’enseignement supérieur/CEDEAO: Des enseignants en formation sur trois normes ISO à Lomé

La table d'honneur, à l'ouverture de la rencontre.

Des enseignants d’universités et grandes écoles de neuf pays d’Afrique de l’ouest ont démarré ce mardi à Lomé, quatre jours de formation sur la qualité dans l’enseignement supérieur dans l’espace CEDEAO, a constaté une journaliste de l’Agence Savoir News.

Trois normes internationales feront l’objet de cet atelier : ISO 9001 sur le système de management de la qualité (SMQ), ISO 45001 sur le système de management de la santé et la sécurité au travail (SST) et la norme ISO 14001 qui certifie le système de management environnemental (SME).

L’objectif de cet atelier est de promouvoir une forte culture qualité dans l’enseignement supérieur au sein de la CEDEAO.

La rencontre permettra aux participants, de définir ensemble, une maquette harmonisée de syllabus pouvant être dupliquée ou adaptée à la situation de chaque institution d’enseignement supérieur dans la région.

La rencontre a été officiellement lancée par François Kpakpo (président responsable point focal du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest, PSQAO/CEDEAO-Togo), en présence de Abdelkader Kadi (Administrateur du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest), représentant de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Selon M. Kpakpo, la qualité du développement d’un pays dépend de la qualité de son capital humain et donc de l’éducation reçue.

Les participants.

« Le nouveau défi des institutions d’enseignement supérieur est de répondre aux exigences d’employabilité des étudiants qu’elles forment et mettent sur le marché. C’est pourquoi, la prise en compte de la qualité, tant dans leur système de management que dans leurs curricula est très indispensable…, la qualité demeure la seule voie sûre pour se maintenir sur la scène nationale et internationale », a indiqué M. Kpakpo (point focal du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest).

Pour M. Kadi (représentant de l’ONUDI), cette rencontre permettra d’encourager l’ensemble des participants à, « non seulement mettre en place une démarche qualité au sein de leurs établissements d’enseignement, mais aussi de développer des modules de formation dans le domaine de la qualité au profit des étudiants ».

« Face à la mondialisation des économies et son corollaire d’intensification de la concurrence, la culture de la qualité est devenue un critère vital pour la survie et la compétitivité de l’entreprise. C’est de nos jours, le passeport pour intégrer sans contingence, les marchés les plus exigeants et constitue à cet égard un enjeu stratégique pour les pays. Elle s’impose comme un véritable argument commercial et un facteur indéniable de confiance », a déclaré le représentant de l’ONUDI.

Les participants à pleine séance de travail.

Plusieurs points sont inscrits au programme de ces quatre jours, dont la présentation de l’infrastructure qualité de la CEDEAO et l’état de la mise en œuvre du PSQAO, les systèmes de management selon les normes ISO et leurs avantages, une introduction au management de la qualité/Environnement/Sécurité et santé au travail, etc.

Notons que l’ONUDI est l’organisation chargée des chantiers liés à la qualité en Afrique de l’ouest.

Elle s’est depuis 2013, engagée à contribuer pleinement à la mise en œuvre de l’agenda 2030 pour le développement durable, à travers l’amélioration de la compétitivité, la création et le partage de la prospérité et le développement industriel inclusif et durable.

Les programmes qualité de la CEDEAO sont mise en œuvre par l’ONUDI sur financement de l’Union européenne. FIN

Ambroisine MEMEDE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*