Pour son appui au PND : La SFI veut soutenir le secteur privé togolais

Photo de famille, à l'issue de l'audience.

La Société Financière Internationale (SFI) — Institution du groupe de la Banque Mondiale — entend soutenir le secteur privé togolais, figure de proue de la stratégie du Plan national de développement (PND/2018-2022), a annoncé ce mardi à Lomé Sergio Pimenta (Vice Président pour l’Afrique et le Moyen Orient de la SFI). Ce dernier a été reçu au Palais présidentiel par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé.

« Le but de ma visite au Togo est de voir comment nous pouvons accroître nos opérations et soutenir le secteur privé togolais pour le développement du pays, notamment quand il s’agit de créer des emplois, des activités économiques et d’apporter un impact positif pour le pays », a déclaré M.Pimenta à la sortie de l’audience.

Cette rencontre fait suite à l’audience qu’avait accordée le Président de la République au Président de la SFI M.Le Houerou, à Kigali au Rwanda en marge du Africa CEO Forum.

Cette visite de M.Pimenta marque un intérêt fort pour le Plan national de développement (PND/2018-2022) et devrait se traduire dans les mois à venir par un accroissement substantiel des investissements de la SFI au Togo. Car, la SFI est le représentant du Groupe de la Banque mondiale dans le secteur  privé.

Officiellement lancé le 4 mars dernier à Lomé, le PND s’est donné comme défi de faire du Togo, la « plateforme économique par excellence » dans la sous-région.

En cinq années de mise en œuvre du PND, plus de 4622,2 milliards F.CFA (environ 8,3 milliards $) de ressources seront investis pour transformer structurellement l’économie togolaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois, améliorant le bien-être social.

Le rôle du secteur privé est prépondérant. Figure de proue de cette stratégie de développement, les privés pourraient y participer à hauteur d’un peu plus 2999,1 milliards de F.CFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global du PND.

Précisons que la SFI a déjà fortement investi au Togo avec un portefeuille estimé à près de 300 millions de dollars. Elle a ainsi contribué au financement de Lomé Conteneur Terminal, la centrale électrique Contour Global qui participe à la stabilité de l’approvisionnement en énergie électrique, le Groupe HeidelbergCement mais aussi les banques régionales comme Ecobank.

La SFI a également été un acteur déterminant dans l’élaboration de l’ambitieuse stratégie d’électrification du Togo.

En rappel, la SFI a pour mission de promouvoir des investissements privés durables pour réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations dans les pays en développement.

Ainsi, elle opère dans ses pays membres en développement pour soutenir des projets durables, rentables sur le plan économique, solides sur le plan financier et commercial et viables sur les plans environnemental et social. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*