PND : Faure Gnassingbé face aux investisseurs les 25 et 26 mars à Kigali

Le président Faure Gnassingbé.

Le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé sera face aux investisseurs à l’AFRICA CEO FORUM les 25 et 26 mars à Kigali (Rwanda), afin de « vendre » le Plan national de développement (PND/2018-2022).

L’AFRICA CEO FORUM est le plus grand rendez-vous international des décideurs et financiers du secteur privé africain. Il est organisé par Jeune Afrique Media Group, éditeur de Jeune Afrique et de The Africa Report, et par Rainbow Unlimited, société suisse spécialisée dans l’organisation d’événements de promotion économique.

Le président togolais — qui sera accompagné d’une importante délégation ministérielle — présentera le PND devant un parterre de 1.500 chefs d’entreprises et investisseurs venus d’Afrique et du monde entier.

Faure Gnassingbé exposera sa stratégie de développement économique et dialoguera librement avec les investisseurs sur de nombreux sujets allant de l’environnement des affaires aux projets d’investissements public-privé.

Le chef de l’Etat togolais a bouclé mercredi, une visite de travail à Abu Dhabi, séjour qui lui a permis de présenter les grands axes du PND aux investisseurs.

Notons que la dernière édition l’AFRICA CEO FORUM tenue en mars 2018 à Abidjan, a réuni pendant deux jours, 1.500 chefs d’entreprises, décideurs publics et investisseurs d’Afrique et du monde entier autour de la thématique de la transformation nécessaire des champions africains face à la concurrence internationale.

En rappel, le PND/ 2018-2022) — officiellement lancé le 4 mars — s’est donné comme défi de faire du Togo, la « plateforme économique par excellence » dans la sous-région.

En cinq années de mise en œuvre, plus de 4622,2 milliards FCFA (environ 8,3 milliards $) de ressources seront nécessaires pour transformer structurellement l’économie togolaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois, améliorant le bien-être social.

Alors, si le PND nécessite de gros investissements, le rôle du secteur privé sera prépondérant. Figure de proue de cette stratégie de développement, les privés pourraient y participer à hauteur d’un peu plus 2999,1 milliards de FCFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global du PND. Les dépenses d’investissement public, quant à elles, sont attendues à 1623,1 milliards de FCFA (2,9 milliards $), représentant 35% du coût global.

Ce Plan ambitieux qui révèle la vision du gouvernement à moyen terme, repose sur trois « axes stratégiques ».

L’axe 1 positionne la mise en œuvre des grands investissements en infrastructures logistiques et d’affaires comme le principal gisement de la croissance à court terme. Il vise la mise en place d’un hub logistique d’excellence et d’un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région, notamment à travers une amélioration des infrastructures existantes et de la connectivité multimodale et des TIC.

L’axe 2 vise le développement industriel dans des secteurs créateurs de valeur ajoutée et significativement tournés vers l’exportation (agrobusiness, manufacture) et la satisfaction de la demande interne. Ce développement industriel a vocation à soutenir la croissance à long terme de l’économie ainsi que l’activité logistique et de service. Il est le creuset de la transformation structurelle de l’économie.

L’axe 3 a pour vocation première de renforcer les capacités institutionnelles et humaines appropriées pour relever les défis de développement formulés dans les axes 1 et 2. En outre, il vise à assurer la prise en compte effective des principes fondamentaux d’équité, d’inclusion et de durabilité dans l’ensemble du processus de mise en œuvre du PND. FIN

 

Junior AUREL

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*