PND : Faure Gnassingbé à Abu Dhabi pour « mobiliser » les investisseurs

Faure Gnassingbé ce dimanche à Abu Dhabi.

Le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé est arrivé ce dimanche à Abu Dhabi (capitale politique des Emirats Arabes Unis) pour une visite de travail, visant à « mobiliser » les investisseurs autour du Plan National de Développement (PND), a appris l’Agence Savoir News de source officielle.

Le président togolais sera reçu par le prince héritier d’Abu Dhabi Son Altesse Mohamed Ben Zayed Al Nayan avec qui il partage une vision du développement axée sur le multilatéralisme, la création d’emplois pour la jeunesse et la promotion des énergies renouvelables notamment l’énergie solaire, souligne un communiqué de la présidence togolaise.

Il rencontrera également le Prince Régnant de Dubai vice-President et Premier Ministre des Émirats Arabes Unis, Son Altesse Sheikh Mohamed Ben Rachid Al Maktoum.

Conformément à l’axe 1 du PND qui projette faire du Togo un hub logistique et un centre d’affaire de premier plan, le chef de l’Etat visitera l’Abu Dhabi Global Financial Market et le Khalifa Industrial Zone (KIZAD). Plusieurs autres rendez-vous sont inscrits à l’agenda du Chef de l’État y compris la signature de contrats s’inscrivant dans la réalisation du PND

Notons que les Émirats Arabes Unis sont aujourd’hui le deuxième investisseur direct étranger en Afrique après la Chine.

En rappel, le PND/ 2018-2022) — officiellement lancé le 4 mars — s’est donné comme défi de faire du Togo, la « plateforme économique par excellence » dans la sous-région.

En cinq années de mise en œuvre, plus de 4622,2 milliards FCFA (environ 8,3 milliards $) de ressources seront nécessaires pour transformer structurellement l’économie togolaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois, améliorant le bien-être social.

Alors, si le PND nécessite de gros investissements, le rôle du secteur privé sera prépondérant. Figure de proue de cette stratégie de développement, les privés pourraient y participer à hauteur d’un peu plus 2999,1 milliards de FCFA (5,4 milliards $), soit 65% du coût global du PND. Les dépenses d’investissement public, quant à elles, sont attendues à 1623,1 milliards de FCFA (2,9 milliards $), représentant 35% du coût global.

Ce Plan ambitieux qui révèle la vision du gouvernement à moyen terme, repose sur trois « axes stratégiques ».

L’axe 1 positionne la mise en œuvre des grands investissements en infrastructures logistiques et d’affaires comme le principal gisement de la croissance à court terme. Il vise la mise en place d’un hub logistique d’excellence et d’un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région, notamment à travers une amélioration des infrastructures existantes et de la connectivité multimodale et des TIC.

L’axe 2 vise le développement industriel dans des secteurs créateurs de valeur ajoutée et significativement tournés vers l’exportation (agrobusiness, manufacture) et la satisfaction de la demande interne. Ce développement industriel a vocation à soutenir la croissance à long terme de l’économie ainsi que l’activité logistique et de service. Il est le creuset de la transformation structurelle de l’économie.

L’axe 3 a pour vocation première de renforcer les capacités institutionnelles et humaines appropriées pour relever les défis de développement formulés dans les axes 1 et 2. En outre, il vise à assurer la prise en compte effective des principes fondamentaux d’équité, d’inclusion et de durabilité dans l’ensemble du processus de mise en œuvre du PND. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*