Plateforme de dialogue communautaire pour la cohésion sociale : WANEP-Togo fait le bilan du projet à Kpalimé

Les bénéficiaires des cadeaux, de matériels et de manuels scolaires.

La branche togolaise du Réseau Ouest Africain pour l’Édification de la Paix/West Africa Network for Peacebulding (WANEP-Togo) a dressé le bilan du projet « Plateforme de dialogue communautaire pour le développement local et la cohésion sociale », lors d’une rencontre samedi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé).

Ce projet initié et financé par Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a été mis en œuvre par WANEP-Togo.

Ce projet qui vise principalement la promotion du développement local et la cohésion sociale dans les communes du Togo dans une approche inclusive et participative avec une dimension multi acteurs, a impliqué quatre ministères et quatre organisations de la société civile dont WANEP-Togo.

C’est ainsi que pendant trois mois, les élèves regroupés au sein des clubs de paix et de leadership, appuyés par deux personnes ressources qui font office de coaches, ont mené une série d’activités de sensibilisation dans les écoles, dans les lieux publics, animé des émissions radiophoniques et des  et fait des plaidoyers auprès des autorités locales.

Outre les activités menées par les jeunes, WANEP-Togo a fait une cartographie sur l’implication des jeunes dans la gouvernance locale et la cohésion sociale, ce qui a permis de fournir des données de référence réelle sur la représentativité des jeunes dans ces instances, et à réaliser une vidéo de capitalisation des acquis du projet.

Toutes ces activités réalisées ont permis d’avoir des résultats satisfaisants qui viennent renforcer la cohésion sociale et le développement local des communautés.

C’est ainsi qu’au cours de l’atelier bilan, le public composé de parents et des responsables des établissements dont les élèves ont participé à la réalisation de ce projet, les élèves regroupés au sein des clubs de paix et de leadership ont présenté un sketch qui met en lumière la violence faite aux femmes et filles à travers le mariage forcé ; des slams et des chants dont le contenu véhicule des messages de paix, de vivre ensemble, de solidarité et de cohésion sociale.

Des discussions qui ont suivi ces présentations, ont permis aux responsables d’établissements ainsi qu’aux autorités d’inviter chaque citoyen à semer autour de lui des graines de la paix et de la cohésion sociale.

Ces discussions ont été suivies de la remise de cadeaux aux élèves membres des clubs de paix et de leadership et de la dotation des établissements partenaires du projet de matériels et de manuels scolaires.

La cheffe du projet Plateforme de dialogue communautaire pour le développement local et la cohésion sociale, Mme Sambiani Immaculée a souligné que ce projet met les jeunes au centre de la construction d’une société stable où le vivre ensemble, la tolérance, la compréhension mutuelle, l’acceptation de l’autre dans sa diversité, la communication non-violente et la gestion pacifique des conflits sont des valeurs partagées.

« La stabilité politique étant une nécessité, nous ne pouvons que souhaiter que ce projet soit appuyé par tout le monde », a souhaité Mme Sambiani.

Elle a invité les participants à continuer par transmettre autour d’eux les messages clefs que les jeunes ont laissés à chaque sensibilisation. Elle convié les élèves à continuer par montrer qu’ils sont des faiseurs de paix, des constructeurs de pont entre les membres de la société et les acteurs de développement durable.

Le préfet de Kloto, Assan Koku Bertin, a rappelé aux participants l’importance de la paix, soulignant que c’est un ingrédient très important dans tout programme et processus de développement.

« Quelle que soit la volonté  des humains de vivre pacifiquement ensemble, les conflits naissent toujours et les petits conflits mal gérés entrainent des guerres », a rappelé le préfet.

« C’est ensemble que nous allons construire la paix, que nous avons intérêt à préserver », a précisé Assan Koku Bertin. FIN

 

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*