Crise/Politique : A Kpalimé, des patrons de presse appelés à réfléchir sur la contribution des médias pour un retour à la normale

Photo de famille de ces patrons de presse.

Quarante-cinq patrons de presse, membres du Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP) venus de toutes les contrées du pays et issus de différents types de médias (audiovisuel, la presse écrite et en ligne) ont été appelés à réfléchir sur la contribution des médias pour un retour à la normale, suite à la crise qui secoue le pays, lors d’un atelier ce samedi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé), a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Thème principal de cette rencontre: « Le journaliste en période post-crise, quelle contribution des médias pour un retour à la normale ». Il s’agit pour ces patrons de presse, d’échanger sur le comportement du journaliste en période post-crise, en envisager sa contribution pour un retour à la normale.

Il a été question pour ces patrons, de s’engager à accompagner la mise en œuvre de cette feuille de route de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui demeure un acquis réel, une victoire de tout le peuple togolais.

Au cours de la journée, les patrons de presse ont suivi des communications sur le rôle citoyen du journaliste en période de crise et en période post-crise, la régulation, l’autorégulation et l’autocensure pour un journalisme responsable: regard croisé entre normes et pratiques du journalisme, historique du rôle des médias dans les situations de crise: cas du Togo et le rôle et responsabilité du journaliste en période de crise et en période post-crise.

Le représentant du président de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC) Benjamin Agbéka a relevé les missions premières de la presse qui sont entre autres informer, former, éduquer, divertir. Il est vrai que le journaliste est appelé parfois à dénoncer des faits ainsi que des situations néfastes et nuisibles pour la société. Au même moment, mentionne-t-il, le journaliste est appelé à respecter certains principes régaliens du métier notamment la vérification des informations recueillies ou qui circulent, l’objectivité des faits, les conséquences que leurs publications peuvent engendrer.

Il a fait cas de la force de la presse, qui peut faire et défaire à la fois, qui oriente une opinion, qui a une influence sur les populations et qui peut provoquer des situations socio-politiques difficilement maitrisables.

« Notre préoccupation première aujourd’hui, c’est d’œuvrer pour que notre avion, le Togo, finisse par se poser en douceur, malgré ce dialogue difficile et délicat malgré nos différences, ceci pour un nouveau départ vers des lendemains encore plus rassurants », a précisé M. Agbéka.

Le président du CONAPP Arimiyao Tchagnao a de son côté, invité tous les acteurs y compris les journalistes, à faire preuve d’un sursaut patriotique en contribuant à la mise en œuvre de la feuille de route, qui loin d’être la victoire d’un camp, reste et demeure celle de tous les Togolais.

« Notre engagement sera celui qui permette d’accompagner la feuille de route de la CEDEAO qui, pour l’instant demeure un acquis réel, une victoire  de tout un peuple qui n’est que fatigué des souffrances occasionnées par une situation politique tendue »,  a souligné le président du CONAPP.

Le préfet de Kloto Assan Koku Bertin a pour sa part, invité les journalistes à jouer leur rôle de formateur, d’éducateur de la population : « Je suis heureux que nous sommes réunis pour réfléchir ensemble sur ce que nous pouvons faire pour que le Togo connaisse définitivement la paix pour son développement ». FIN

 

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*