Paix et stabilité dans la sous-région : Des chefs d’Etat-Major de la CEDEAO en conclave à Lomé

Le comité des chefs d’Etat-Major des pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a entamé lundi à Lomé, sa 38ème réunion, rencontre de deux jours au cours de laquelle les questions sécuritaires, seront largement abordées.

Les travaux de cette réunion ont été officiellement lancés par Esso Solitoki (Ministre d’État auprès de la Présidence de la République, représentant le chef de l’Etat), en présence du général Felix Abalo Kadanga (Chefs d’Etat major général des Forces Armées Togolaises et Président du Comité des Chefs d’État-major  de la CEDEAO).

Selon le général Félix Abalo Katanga, ces travaux déboucheront sur des pistes de résolution des crises qui entravent le développement et l’épanouissement de nos pays.

« L’examen des points à l’ordre du jour requiert de nous une attention particulière. Il ne saurait en être autrement si nous voulons que la CEDEAO continue d’avancer dans le sens bien compris, de sa vocation de maintien de la paix et de la sécurité et conserver sa renommée et sa respectabilité », a-t-il précisé.

Le général Francis Béhanzin (commissaire chargé des affaires politique, de la paix et la sécurité de la CEDEAO), a de son côté, salué la résilience psychologique et le professionnalisme des participants.

« Nous faisons aussi face à de nouvelles formes de revendications sociopolitiques voire syndicales persistantes, téléguidées ou non, légitimes ou non, parfois bien violentes et défiant sans ménagement les forces de sécurité et de défense pour cette dernière catégorie de défi sécuritaire renouvelé dans notre sous-région. Je voudrais saluer la résilience psychologique, le professionnalisme et le discernement des chefs de nos armées que vous êtes », a noté le général.

Pour le représentant du chef de l’Etat, les défis sont nombreux et il faut multiplier les moyens, afin de sortir de ces incertitudes : « Les défis sont nombreux et nous obligent à agir avec diligence, en multipliant et en mutualisant nos moyens,… ». 

« Les présentes assises nous offrent l’opportunité de consolider les liens de solidarité qui nous unissent, liens qui malgré les nouvelles menaces sécuritaires, trouvent de nouvelles raisons de se renforcer. Face à cette situation, les peuples de notre région, contant sur vous, refusent de céder au désespoir et restent convaincus que vous viendrai à bout des forces du mal », a souligné Esso Solitoki.

Durant ces 48 heures, ils auront à faire le point de l’exécution des recommandations de la 37ème réunion et se pencher sur la mise en place de la FAC (force en attente de la CEDEAO). Notons que la 37ème réunion du comité s’est tenue en septembre dernier au à Monrovia.

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*