Mission/FMI : « Des progrès satisfaisants », le Togo pourrait bénéficier d’un nouveau décaissement de plus de 17 milliards

Ivohasina Fizara Razafimahefa et Sani Yaya (ministre togolais de l'économie et des finances).

« Des progrès satisfaisants » ont été enregistrés par le Togo, la reprise économique se poursuit et les projections situent le taux de croissance du PIB à 5,3 % en 2019, a noté une équipe du FMI à la fin d’une mission de revue dans le pays.

L’équipe du Fonds monétaire international (FMI) — dirigée par Ivohasina Fizara Razafimahefa — a séjourné à Lomé du 28 août au 10 septembre 2019 en vue de mener des discussions avec les autorités nationales dans le cadre de la cinquième revue du programme soutenu par une Facilité élargie de crédit (FEC).

« Des progrès satisfaisants ont été relevés au cours des discussions, et elles se poursuivront dans les semaines à venir. À l’issue des discussions en cours, le Conseil d’administration du FMI pourrait examiner les conclusions de la cinquième revue de la FEC en octobre 2019 », a souligné M. Razafimahefa.

Le Togo pourrait bénéficier d’un nouveau décaissement de 30 millions de dollars (environ 17, 832 milliards de F.CFA), si le rapport de cette mission soumis au Conseil d’Administration du FMI le 25 octobre, a été approuvé.

La séance de travail.

« Après une forte décélération en 2017 due aux tensions sociopolitiques, l’activité économique a repris en 2018 et cette reprise s’est poursuivie au premier semestre de 2019. La croissance économique devrait s’accélérer légèrement, passant de 4,9 % en 2018 à 5,3 % en 2019. L’important effort budgétaire amorcé en 2017 s’est poursuivi à fin juin 2019. Le recouvrement des recettes a atteint l’objectif visé en juin et les dépenses globales ont été inférieures aux prévisions. Si les politiques actuelles sont maintenues au second semestre de 2019, le Togo respectera pour la troisième année consécutive le critère de convergence relatif au déficit budgétaire de 3 % du PIB fixé par l’UEMOA », a précisé M. Razafimahefa.

Le cadrage budgétaire pour 2020, a-t-il poursuivi, vise un déficit budgétaire global légèrement inférieur à 2 % du PIB.

« Les efforts d’assainissement budgétaire ont permis de réduire la dette publique, la poursuite de ces efforts contribuera à réduire les facteurs de vulnérabilité liés à la dette ».

Par ailleurs, la mission « se félicite des progrès accomplis récemment par le Togo dans l’amélioration du climat des affaires, la poursuite des efforts dans ce domaine sera essentielle pour atteindre les objectifs du Plan national de développement et contribuera à promouvoir une croissance économique inclusive ». FIN

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*