Mise en place d’une justice restauratrice : Acteurs de la société civile et médias en formation sur leur « rôle » à Kara

La table d'honneur, à l'ouverture de la rencontre.

Une trentaine d’acteurs de la société civile et des médias a entamé ce mercredi un atelier de deux jours sur le thème « Rôles des acteurs de la société civile et des médias pour la mise en place d’une justice restauratrice au Togo », a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du projet de « renforcement du système de protection et de création des espaces conviviaux en faveur des enfants en conflit avec la loi dans la région de la Kara ».

La formation est initiée par que Creuset-Togo avec le soutien de Kindermissionswerk. Elle vise à outiller ces acteurs de la société civile et des médias sur les bonnes pratiques relatives à la justice restauratrice.

Il s’agit notamment, d’aider les participants à s’approprier les bonnes pratiques de la justice pour mineurs, de susciter une collaboration entre acteurs du niveau communautaire, de la société civile, des médias pour la mise en œuvre d’une dynamique de justice restauratrice.

Par ailleurs, les médias qui constituent des vecteurs de messages, de formation et de sensibilisation des populations et avec lesquels Creuset collabore, maîtrisent peu le cadre juridique et les bonnes pratiques de déjudiciarisation qui doivent prévaloir lorsqu’on est en face des enfants en conflit avec la loi, pour évoluer dans une dynamique de sensibilisation de leur auditoire.

Selon Juste Nimnora (chargé des projets et assistant juridique de l’Ong Creuset), les acteurs de la société civile et des médias doivent travailler en synergie pour accompagner les enfants en conflit avec la loi.

Les participants à la formation.

« Ils ont un rôle capital à jouer en ce sens que, lorsqu’il y a par exemple, une décision, il appartient aux organisations de la société civile de pouvoir mettre  en exécution la décision rendue par le tribunal et faire le suivi du processus de réinsertion de l’enfant pour que l’enfant ne rechute pas. Et quant à ce qui concerne les médias, ils constituent des acteurs incontournables aux cotés des organisations de la société civile. Ils doivent donc travailler en synergie pour pouvoir changer les mentalités en créant un environnement véritablement protecteur pour les enfants », a-t-il souligné.

« La rencontre de Kara est une occasion pour Creuset, les acteurs de la société civile et des médias, de réfléchir  aux bonnes pratiques à mutualiser en faveur des enfants lorsque ces derniers sont en conflit avec la loi », a-t-il ajouté.

Pour Bruno Moukpe (Directeur exécutif de CREUSET), les enfants en conflit avec la loi méritent d’être accompagnés sur plusieurs plans.

Ce dernier a également félicité le gouvernement togolais pour les initiatives en faveur des enfants avant de remercier le partenaire Kindermissionswerk pour son appui technique et financier dans la mise en œuvre de ce projet. FIN

 

De Kara, Peter MALOUMBA

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*