Lutte contre la corruption : Une vaste campagne de sensibilisation lancée par le Premier ministre

Selom Komi Klassou (au milieu), lors de la cérémonie de lancement de cette vaste campagne.

Le Premier ministre togolais Selom Komi Klassou a donné ce jeudi à Lomé, le coup d’envoi d’une vaste campagne de sensibilisation de lutte contre la corruption, un « phénomène de société lié à un comportement humain » qui « freine la croissance nationale ».

Cette campagne sera menée sur l’ensemble du pays par la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA).

Plusieurs ministres et autres personnalités ont assisté à cette cérémonie. La campagne a pour objectif notamment de « conscientiser et de mobiliser des citoyens contre le fléau de la corruption et les infractions assimilées ».

« Cette campagne sera déclinée en ateliers, prévus dans toutes les préfectures. Dans la commune de Lomé, il est prévu une dizaine d’ateliers pour tous les secteurs socio-professionnels », a expliqué Essohana Wiyao (président/ HAPLUCIA).

Ces ateliers se dérouleront également dans les préfectures du Golfe et d’Agoènyivé. Plusieurs thématiques seront au menu de ces ateliers : présentation de l’HAPLUCIA, présentation des dispositions du code pénal qui prévoient et répriment la corruption et les infractions assimilées, présentation sur l’état de la corruption  au Togo etc…

« La corruption est un phénomène de société lié au comportement humain. Elle a un effet néfaste sur le progrès et le développement du continent. Elle constitue un frein à la croissance économique dès lors qu’elle dissuade les investissements locaux et étrangers, occasionne des distorsions au niveau de la mobilisation et de la répartition des ressources, augmente les coûts de production, réduit la qualité des infrastructures de services publiques, ainsi que le volume des recettes fiscales », a souligné le Premier ministre.

Beaucoup d’indicateurs de gouvernance, a précisé M.Klassou, révèlent que la corruption reste un « obstacle majeur à l’émergence de plusieurs pays dans le monde et surtout à ceux de notre continent ».

« Il va s’en dire que l’éradication de la corruption qui incombe nécessairement à tous les citoyens, permet à un pays de se développer socialement et économiquement », a précisé le chef du gouvernement.

Le Premier ministre a surtout étalé les dispositions et mesures prises par le gouvernement togolais pour venir à bout de ce fléau : la convention des Nations Unies contre la corruption signée en 2003 au Mexique, la convention de l’Union africaine, le Protocole de la Cédéao, la création de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées… Pour terminer, Selom Komi Klassou a invité les membres de l’HAPLUCIA, à « acquitter de leur mission avec efficacité ».

Rappelons que l’HAPLUCIA a été créée le 28 juillet 2015. C’est une institution administrative indépendante, chargée de promouvoir et de renforcer la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées dans les administrations, les établissements publics, les entreprises privées et les organismes non étatiques. FIN

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*