Locales : Gerry Taama invite l’opposition à tirer leçon de son « échec »

Gerry Taama, après la conférence de presse.

Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET) a invité ce mercredi, toute l’opposition à tirer leçon de son « échec » aux élections municipales du 30 juin dernier.

Ce scrutin a été largement remporté par le parti au pouvoir, qui a enlevé plus de 60% de sièges de conseillers municipaux, selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

L’Union pour la République (UNIR, au pouvoir) a raflé 895 des 1490 sièges de conseillers municipaux dans 114 communes du pays, selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

L’Alliance nationale pour le changement (ANC), la coalition de l’opposition (C14), l’Union des forces de changement (UFC) et le Nouvel Engagement Togolais (NET) ont obtenu respectivement 134, 131, 44 et 33 conseillers municipaux.

« Nous devons — au niveau des partis de l’opposition — tirer la leçon que les populations nous envoient, changer de paradigme et notre façon de faire la politique. Ce qui pourra permettre à l’opposition de transformer la défaite enregistrée aux locales en une victoire en 2020 », a souligné M.Taama lors d’une conférence de presse.

« Les partis doivent aller sur le terrain, parler avec leur électorat (….). L’échec de l’opposition aux dernières municipales montre à suffisance que l’opposition doit changer de discours politique, de stratégies et mettre fin aux regroupements de partis politiques qui jusque-là, n’ont donné aucun résultat », a-t-il précisé.

Selon le président du NET, l’union de l’opposition « n’est plus une fatalité », après la dernière révision constitutionnelle consacrant un scrutin à deux tours pour la présidentielle.

« L’union de l’opposition ne pourra se faire qu’au deuxième tour de la présidentielle, derrière un candidat ».

M.Taama a profité de l’occasion pour annoncer des « primaires » au sein du NET, avant la présidentielle, afin de désigner le candidat de cette formation.

« Il n’y a pas de candidat naturel dans notre parti. Tous ceux qui ont envie d’être candidat à l’élection présidentielle de 2020 doivent commencer la campagne, en vue du congrès du parti le 17 août 2019 », a-t-il ajouté. FIN

Chrystelle MENSAH

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*