Les dirigeants de PME/PMI de Kpalimé mieux outillés du dispositif de soutien aux financements de leur secteur

Les dirigeants de PME/PMI de la ville de Kpalimé ont été mieux outillés vendredi, lors d’un atelier de vulgarisation du dispositif de soutien au financement des PME/PMI, initiative du Comité d’Identification des Structures d’Appui et d’Engagement des PME/PMI (CISAE/PMI/PME/TG), a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Cette rencontre a permis aux participants d’être informés de l’existence d’un dispositif de soutien aux financements des PME/PMI et des conditions à remplir pour avoir accès à financements.

En effet c’est un dispositif qui apporte une réponse appropriée à la problématique de l’accès des PME/PMI aux financements bancaires à travers les incitations offertes par la banque centrale aux établissements de crédit et une meilleure organisation de l’accompagnement de ces entreprises.

Son objectif est de créer un écosystème favorable aux PME/PMI, notamment à son financement, afin de permettre et de susciter la création de petites et moyennes entreprises performantes susceptibles d’augmenter la contribution de cette catégorie d’entreprises à la création de richesses et à la lutte contre la pauvreté et le chômage.

A travers une projection, le directeur de la Promotion du Secteur Privé et président du Comité d’Identification des Structures d’Appui et d’Engagement des PME/PMI, M. Mensah Koffi Franck a rappelé aux dirigeants des PME/PMI que les PME/PMI (qui sont environ à 95% du ficher économique des pays), éprouvent des difficultés pour avoir accès aux crédits bancaires, alors que c’est elles qui créent beaucoup d’emplois, luttent contre la pauvreté et le chômage.

Il a précisé que c’est pour régler ce problème, que les chefs d’Etats et de gouvernement ont demandé à la BCEAO de mettre en place un dispositif susceptible d’alléger les conditions d’octroi du crédit.

M. Mensah Koffi Franck a ajouté qu’il est également noté des dysfonctionnements au niveau des PME/PMI.

Aussi est-il décidé le recrutement des structures d’appui et d’encadrement susceptibles d’aider les PME/PMI à renforcer leurs capacités afin de corriger les défaillances constatées en leur sein pour qu’elles soient performantes et lorsqu’elles vont présenter leur dossier de prêt au niveau des banque, que celles-ci soient rassurées et leur accorder facilement les crédits.

Mensah Koffi Franck a ajouté aussi que pour la mise en œuvre du dispositif PME/PMI, cinq acteurs sont appelés à intervenir. Il s’agit de l’Etat, les structures d’appui et d’encadrement, les établissements de crédits, la Banque centrale et le marché financier régional.

Dans son fonctionnement, ce dispositif s’adresse aux entreprises non financières qui obéissent aux caractéristiques suivantes. Elles doivent être une entreprise autonome, productrice de biens et ou services marchands, immatriculées au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier ou à tout autre registre équivalent en tenant lieu, avoir un chiffre d’affaires hors taxes annuel n’excédant pas un milliard de F.CFA, se conformer à l’obligation légale de produire des états financiers selon les dispositions en vigueur  et être suivi par une structure d’appui et d’encadrement.

Les banques étant associées à la mise en œuvre de ce dispositif, il est également demandé à l’Etat de faciliter le paiement des factures des PME/PMI a précisé M. Mensah.

Celui-ci a annoncé la désignation d’un point focal désigné au niveau du ministère de l’Economie et des Finances pour suivre les dossiers et les factures des PME/PMI pour faciliter le paiement à temps de ces PME/PMI dès la livraison des produits.

Il a signalé qu’il y aura aussi un pourcentage des marchés publics qui leur sera réservé pour les aider à devenir plus performantes, plus dynamiques et plus compétitive et contribué ainsi au développement des politiques économiques du pays.

Le président du comité d’identification a invité les entreprises concernées à présenter leur dossier de financement aux établissements de crédit, après la mise en forme apportée par les structures d’appui et d’encadrement. Il a ajouté que les crédits mis en place dans ce cadre, bénéficient du refinancement de la BCEAO tant qu’ils demeurent des créances saines, conformément aux dispositions du plan comptable bancaire révisé de l’UEMOA.

Mensah Koffi Franck a également demandé aux participants responsables des PME/PMI, qui sont la plupart dans l’informel, de s’approcher du ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur privé, notamment le Centre de Formalités des Entreprises du Togo (CFE-Togo), pour régulariser leur situation et bénéficier des avantages que prévoit ce dispositif. FIN

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*