Le projet « Ma santé, mon école » lancé : L’Ong La Chaîne de l’Espoir soutient la santé scolaire au Togo

Marc Vizy (au milieu), lors de la cérémonie.

L’Ong La Chaîne de l’Espoir a lancé mardi à Lomé, son projet dénommé « Ma santé, mon école », co-financé par l’Agence Française de Développement (AFD) et visant à soutenir la santé scolaire au Togo. La cérémonie s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de France au Togo Marc Vizy.

Selon le diplomate français, l’école doit être un lieu protégé et protecteur. Ce dernier a exprimé son soutien aux actions de l’Ong La Chaîne de l’Espoir et mis l’accent sur l’importance de l’action de cette Ong française et de ses partenaires togolais dans huit établissements scolaires du quartier de Tokoin, à Lomé.

Vue de l’assistance, lors de la cérémonie.

Ma santé, mon école : un enjeu collectif au Togo

Intitulé «Ma santé, mon école : un enjeu collectif», ce projet de 1.12 millions d’euros – dont 50 % financés par l’AFD via son guichet initiative OSC – a pour objectif de contribuer au développement d’un environnement scolaire sain, motivant et protecteur, favorisant l’accès à l’école et les apprentissages à Lomé. Face au constat que la mauvaise santé des élèves est en partie la cause des forts taux d’absentéisme, d’abandon scolaire voire de mortalité au Togo, « La Chaîne de l’Espoir », accompagnée de ses partenaires WASH Volunteers et Jeunesse et Avenir du Togo (JAT), a décidé d’agir pour promouvoir de meilleures pratiques d’hygiène et d’assainissement au cœur des établissements, de renforcer les connaissances en matière de santé sexuelle et reproductive, de lutter contre les violences en milieu scolaire et de développer au sein des élèves, la confiance en soi et le savoir-vivre en communauté.

Ce projet fait écho aux actions de coopération de la France au Togo en matière d’éducation, en partie portées par l’AFD qui s’investit chaque année significativement dans ce secteur, comme cela a été le cas à travers le Projet d’Appui à la Réforme des Collèges (PAREC).

Entièrement financé par l’AFD à hauteur de 8 millions d’euros  (plus de 5,247 milliards de F.CFA), le PAREC a permis d’accompagner le gouvernement togolais dans sa rénovation de l’enseignement secondaire de niveau collège. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*