Gouvernance démocratique : Acteurs de la société civile, journalistes et agents de l’Etat en formation à Notsé

Une trentaine d’acteurs de la société civile, du secteur privé, des médias et de l’administration publique et locale prennent part à un atelier National de formation des formateurs à Notsé (environ 95 km au nord de Lomé) sur la gouvernance  démocratique, les techniques de négociation, de communication, d’enquêtes et de plaidoyer,  a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News sur place.

L’atelier est organisé par l’Association des Jeunes  Engagés pour l’Action Humanitaire(AJEAH) sur financement de l’Union Européenne(UE) et vise à contribuer au renforcement de capacités des acteurs ciblés, afin qu’ils soient capables de mener des actions de dénonciation et de sensibilisation sur les effets néfastes de la corruption au niveau tant national que local.

Il s’agit d’outiller les participants afin qu’ils puissent mener correctement leur travail dans le cadre de la lutte contre la corruption, améliorer la participation des citoyens, des acteurs de la sociétés civiles, du secteur privée et des médias à la gestion des affaires publiques, plaider pour améliorer la législation existante, ainsi que les mécanismes de contrôle et de régulation (cour des comptes, inspection générale d’Etat, Agences et commissions de lutte contre la corruption), de même pour le renforcement du système judiciaire (cours et tribunaux) qui s’intéresse aux questions relatives à la corruption, à la responsabilité et à l’intégrité.

Awo Tchangani (Préfet de Haho), en œuvrant les travaux de cet atelier s’est réjoui du choix porté sur Notsé et de ce sujet qui concerne tout le monde.

« La corruption fait partie de l’homme et on doit se battre pour que cela ne prenne pas d’allure inévitable. Si on ne peut pas la supprimer, on peut la combattre ». Il a exhorté les uns et les autres à mettre à profit les échanges.

Pour Amathévi Aboki (directeur exécutif de l’ONG AJEAH) coordonnateur du Projet d’Appui à la consolidation de la Bonne Gouvernance et de lutte contre la corruption dans la région des Plateaux), cet atelier fait suite logique des sessions de Kpalimé les 25, 26 et 27 septembre 2018 sur le suivi budgétaire, le budget participatif, le contrôle citoyen de l’action publique, les droits économiques, sociaux et culturels et les droits civils et politiques. Il a encouragé chaque participant s’approprier les modules de l’atelier afin d’être capable de jouer le rôle qui est le sien.

Pour Hanam Ametepe l’un des facilitateurs, les modules porteront essentiellement sur la démocratie, la bonne gouvernance et la notion d’Etat, les techniques de Négociation, le Plaidoyer (lobbying), les techniques de communications et d’enquêtes.

La rencontre débouchera sur l’élaboration d’un cahier de retour (activités de restitution).

Notons que l’AJEAH a son siège social à Anié où elle intervient régulièrement sur des liés aux droits de l’homme, Démocratie et Bonne Gouvernance, environnement/ Santé et Nutrition, Eau et assainissement, Education et techniques de l’information et de la communication, Renforcement de capacités institutionnelles. FIN

 

De Notsé, Prince GYBA

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*