Amélioration du climat des affaires au Togo: De nouvelles réformes opérées ces derniers mois

Mme Sandra Johnson, lors de la conférence de presse

Le gouvernement togolais poursuit sa dynamique d’améliorer le climat des affaires, en procédant ces derniers mois à de nouvelles réformes, présentées ce mercredi à Lomé aux professionnels des médias lors d’une rencontre présidée par Mme Sandra Johnson (ministre déléguée, conseillère du président de la république, chargée de l’amélioration du climat des affaires), a constaté une journaliste de Savoir News.

Suite aux performances réalisées lors du dernier classement du rapport Doing Business 2020 de la Banque Mondiale, le Togo a poursuivi les différentes réformes dans plusieurs secteurs en vue d’accentuer et renforcer l’attractivité du pays aux investissements aussi bien internes qu’externes.

Le gouvernement togolais — dans sa nouvelle politique — a pour ambition de faire du Togo un pôle attractif aux investissements en s’appuyant sur le secteur privé, acteur principal touché par les différentes réformes.

« Le Togo est résolument tourné vers une dynamique de réformes visant à faire de notre pays, une destination de premier choix des investisseurs. Ainsi, les multiples actions engagées ont permis au pays de bien se positionner dans les différents rapports internationaux en matière du climat des affaires », a indiqué Mme Johnson.

Le dernier rapport Doing Business a hissé le Togo au rang de 1er pays réformateur en Afrique et 3ème au monde en matière de facilitation des affaires. Ceci a valu au pays un nouveau positionnement sur l’échiquier des pays ouverts aux investissements.

« Dans cette dynamique et au regard des attentes pressantes des populations qui nourrissent un espoir légitime dans la mise en œuvre du Plan National de Développement, le gouvernement n’a pas hésité à poursuivre les réformes entreprises, parfois difficiles avec en première ligne la satisfaction des préoccupations du secteur privé dans un élan de partenariat public-privé », a ajouté la ministre.

La cellule climat des affaires s’est attelée à la mise en œuvre de plusieurs indicateurs pouvant rendre le pays beaucoup plus attractif aux investissements.

Plusieurs réformes opérées ces derniers mois

La réforme opérée dans le secteur de la justice commerciale en lien avec l’exécution des contrats vise à renforcer la transparence et la célérité dans le traitement des contentieux commerciaux. Le commerce transfrontalier a reçu un ensemble de réformes visant à renforcer les procédures à travers la dématérialisation complète des différentes opérations.

Mme Sandra Johnson (au milieu), lors de la conférence de presse

La solution en ligne, permet aussi de rendre plus transparente la gestion des permis de construire en ce sens que les documents, les redevances et l’ensemble du processus est désormais disponible en ligne.

Les réformes opérées dans le transfert de propriété concernent la réduction des délais d’obtention des états descriptifs, la mise à disposition d’un mécanisme indépendants de plaintes fonciers sur le site officiel du cadastre, la dématérialisation des prestations en matière foncière à travers une plateforme dénommée « e-foncier ».

Les impôts, taxes et cotisations sociales peuvent être désormais payés en ligne. Les réformes dans ce secteur portent également sur l’adoption d’un nouveau code général des impôts très favorable pour les entreprises et qui supprime certaines taxes.

En ce qui concerne la création d’entreprises, les frais de timbre ainsi que les frais de publication d’annonces légales sont supprimés

Réduction de 25% des coûts de raccordement à l’électricité, le remboursement de l’avance sur consommation, subordonné à un paiement mensuel régulier des factures sur un période de trois ans concerne la mise à disposition de l’énergie électrique. Aussi le raccordement à l’eau pour les PME/PMI est gratuite peut se faire en ligne.

Toutes ces réformes ont déjà porté des fruits avec le renforcement de l’entrepreneuriat jeune, mais aussi l’arrivée des géants industriels africains — comme Dangote — avec un projet de construction d’une usine de traitement de phosphate pour un investissement de 2 milliards de dollars et l’installation d’une usine de fabrication de ciment avec un investissement de 60 milliards de dollars. FIN

Chrystelle MENSAH

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*