Dialogue de haut niveau sur l’énergie durable des Nations-Unies : Komi Sélom Klassou présentera la « riche expérience » du Togo le 16 juillet

Le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou

Le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou, présentera la « riche expérience » du Togo en matière d’énergies renouvelables, à l’occasion du dialogue de haut niveau prévu par les Nations-Unies le 16 juillet prochain, a appris lundi, l’Agence Savoir News de source officielle.

Le chef du gouvernement, « panéliste, aura une lourde mais passionnante mission: présenter l’expérience du Togo dans la marche pour l’énergie durable », souligne une note de la cellule de communication de la présidence togolaise.

Dans ce domaine en effet, le Togo est en avance par rapport à plusieurs pays du continent africain. Le Togo a en effet inauguré récemment plusieurs centrales solaires qui desservent les populations des zones les plus reculées.

Ce dialogue de haut niveau (en partenariat avec les partenaires) en matière d’énergie durable pour tous (SEforALL) et les leaders de la transition énergétique, vise à déterminer les progrès accomplis dans la réalisation du septième Objectif de développement durable, comme le souligne le rapport intitulé SDG7 Tracking Report présenté lors du Forum sur l’énergie durable pour tous.

Les panélistes témoigneront de leurs réussites, des raisons pour lesquelles l’énergie durable devrait être une priorité et des transformations positives qu’elle apporte dans les vies.

Ils examineront l’importance des politiques, l’impact des partenariats et des flux financiers en termes de rendement et donneront des exemples concrets pour illustrer ce qui fonctionne et ce qui peut être reproduit pour accélérer les efforts actuels de gestion de la transition énergétique dans la plupart des pays.

Les autorités togolaises ont lancé le 27 juin dernier, une nouvelle politique énergétique, qui vise un accès universel dans ce petit pays d’ici 2030, en s’appuyant notamment sur les énergies renouvelables.

Cette « stratégie d’électrification » qui doit être réalisée en trois phases et s’étendre sur 12 ans, coûtera 1.000 milliards de Francs CFA (1,5 milliard d’euros), dont 50% seront issus de fonds d’investissements privés.

Le programme ambitieux s’appuie notamment sur l’extension du réseau dans près de 1.000 localités, mais aussi sur le développement de l’énergie solaire, en vendant des kits individuels aux foyers les plus reculés, ou par « la construction et l’exploitation d’une soixantaine de mini-centrales solaires » à travers le pays. FIN

 

Edem Etonam EKUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*