Crise: La coalition fait le point de la rencontre de Conakry et annonce son retour dans les rues le 17 novembre

Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition a annoncé jeudi soir dans un communiqué, son retour dans les rues le samedi 17 novembre. Cette marche avait été initialement annoncée pour le 10 novembre par un leader de cette coalition samedi dernier, lors de la manifestation du Front Citoyen Togo Debout.

Dans le communiqué abondamment relayé sur les réseaux sociaux, la coalition est largement revenue sur la dernière réunion du comité de suivi, tenue à Conakry.

Les concertations de Conakry, selon le texte signé de la coordinatrice de la coalition Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, ont permis à la coalition de présenter au Président Alpha Condé son évaluation de la mise en œuvre des décisions du Comité de suivi du 23/09/2018 et leurs implications, notamment (i) les engagements pris par le gouvernement togolais pour la libération des personnes encore en détention, (ii) la recomposition paritaire de la CENI et ses implications, (iii) l’affinement du chronogramme électoral par la nouvelle CENI inclusive, en particulier, la reprogrammation du recensement (iv) et le chronogramme des Réformes constitutionnelles et institutionnelles.

« En outre, la délégation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a, au cours de ces rencontres, réitéré les préoccupations qu’elle avait soulevées lors de la réunion du comité de suivi 23/09/2018 et pour lesquelles les Représentants des deux Facilitateurs devaient rendre compte à leurs mandants afin de leur permettre de prendre toutes initiatives propres à assurer leur mise en œuvre », souligne le communiqué.

Ces préoccupations concernent notamment le consensus sur la présidence de la Céni, la composition équilibrée des démembrements de l’Institution à savoir les Commissions Électorales Locales Indépendantes (CELI) et les Comités des Listes et Cartes (CLC), l’abandon de la présidence des CELI par des magistrats ès qualité et l’élaboration d’un chronogramme électoral consensuel par la CENI dans sa nouvelle composition avec l’appui des experts.

D’autres préoccupations également : l’étude et l’adoption d’un découpage électoral équitable et conforme au principe un homme une voix admis en démocratie, l’arrêt du processus en cours entamé sans la participation de l’opposition et plus spécialement de la suspension du recensement électoral prévu pour le 1er Octobre 2018, l’adoption d’un recensement biométrique intégral permettant la vérification formelle du porteur de la carte d’électeur au moment du vote, l’adoption du mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour les législatives et le vote des Togolais de l’étranger pour les législatives en cours de préparation.

« Sur tous les points évoqués au cours des rencontres, la Coalition se réjouit d’avoir trouvé auprès du Président Alpha Condé, une oreille très attentive ainsi qu’une disponibilité à rechercher, en concertation avec ses pairs, des solutions consensuelles pour une sortie définitive de la crise togolaise. Les conclusions de la concertation sont attendues dans les tout prochains jours », souligne le communiqué.

Précisons que les Togolais iront officiellement aux urnes le 20 décembre prochain, le corps ayant été convoqués ce jeudi en Conseil des ministres.

Rappelons que le recensement a pris fin depuis le 25 octobre, opération boycottée par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. FIN

Junior AUREL

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*