Crise au Togo/Manifestations : L’opposition appuie sur la pression, avant le « verdict » de la Cédéao

La coalition de l’opposition est décidée à se faire entendre, avant la décision chefs d’État de la Cédéao au prochain sommet de l’organisation sous-régionale, prévue le 31 juillet dans la capitale togolaise.

Ainsi, les 14 partis politiques ont annoncé plusieurs meetings notamment à l’intérieur du pays, après une courte pause. Pour l’instant, les autorités compétentes notamment le ministre de l’administration territoriale n’a pas encore réagi, car tous ces meetings se dérouleront dans des zones interdites aux manifestations depuis plusieurs mois.

Le top sera donné vendredi prochain par des meetings d’information et de sensibilisation à Mango et à Bafilo, après une visite aux détenus la veille à la prison de Sokodé.

Samedi, les leaders de cette coalition mettront le cap sur Sokodé pour un meeting d’information et de sensibilisation. Même activité le samedi à Tsévié et à Lomé, plus précisément à la place du Collège du Plateau Lomé.

La boucle sera bouclée dimanche à Atakpamé et à Kpalimé, toujours par des meetings d’information et de sensibilisation.

La coalition exige le retour à la constitution de 1992 dans sa version originelle, les réformes institutionnelles et la révision du cadre électoral y compris le droit de vote des Togolais de la diaspora.

Ces leaders de l’opposition demandent également la libération des manifestants arrêtés dans l’exercice de leur droit constitutionnel et la levée de l’état de siège de fait des villes de Mango, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Kara et des quartiers de Lomé, ainsi que « l’arrêt immédiat des rafles dans les quartiers de Lomé et sur toute l’étendue du territoire ».

Cette pression de la coalition intervient à un moment où tout le monde attend de « pied ferme » la décision de la Cédéao, qui est à la manette depuis quelques semaines, afin de trouver une solution durable à la crise qui secoue le pays depuis août 2017.

Le dialogue entamé le 19 février, n’a connu que quatre séances : 19 février, 23 février, 23 mars et 27 juin. Les pourparlers s’enlisent sur la candidature du président Faure Gnassingbé en 2020 (élu en 2005, le président de la République a été réélu en 2010 et 2015). FIN

 

Edem Etonam EKUE

Savoir News, la Maison de l’Info

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*