Cohésion sociale : Une trentaine de leaders communautaires outillés à Kpalimé

Une trentaine de leaders communautaires de la commune de Kloto 1 ont bouclé ce jeudi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé) trois jours de formation qui leur a permis de cerner les notions de la cohésion sociale et du vivre-ensemble, a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Initiée par l’ONG humanitaire internationale Catholic Relief Services (CRS) et le Conseil Episcopal Justice et Paix/ (CEJP/son partenaire de mise en œuvre), cette formation est une des activités du projet dénommé « Plateforme de dialogue communautaire pour la cohésion sociale et le développement local ».

Il vise à soutenir les femmes et les jeunes, ainsi que les leaders communautaires de Kpalimé à réaliser leur potentiel, à transcender leurs différences et à œuvrer ensemble à la promotion du bien commun de leur communauté.

Ce projet, dans la logique des objectifs 16 des ODD, vise à renforcer le vivre ensemble au niveau des communes dans le cadre de la décentralisation pour favoriser le développement et la mise en œuvre des actions de développement dans ces différentes communes.

Cet atelier de formation a permis aux participants composés principalement des leaders religieux et traditionnels, des élus locaux, des officiers des forces de l’ordre et de sécurité, des chefs de service, des représentant des partis politiques, des associations de femmes et de jeunes, ainsi que des organisations de la société civile, de les doter de moyens d’identifier et de traiter leurs griefs de manière ouverte et pacifique et de propulser les bases de la confiance, de l’harmonie et de la solidarité entre eux et de faire preuve de leadership en faveur de l’harmonie intercommunautaire.

L’approche utilisée par CRS et CEJP est une approche innovante qui, dans le cadre de la consolidation de la paix par le rapprochement des peuples, permet aux groupes, aux organisations et aux communautés, de porter un regard introspectif sur les désaccords et les différends, de trouver un terrain d’entente, de collaborer dans l’intérêt mutuel et d’imaginer un avenir harmonieux bénéfique pour tous.

Au cours des échanges, la Spécialiste en Cohésion Sociale au CRS, Mme Hadjia Dapou Tchapo-Kondor, appuyée par les différents formateurs notamment le Rév père Gustave Sanvee (secrétaire général du CEJP-Togo), ont édifié les participants sur des modules portant sur la « découverte de soi »,  « la métaphore sur le conflit », « les conséquences du conflit », etc. Ils ont également découvert les conflits et leurs causes, ainsi que les attitudes face aux conflits et aux conséquences des conflits, suivis d’exercices, afin de véhiculer des messages en lien avec la tolérance, l’esprit d’équipe, le vivre ensemble, la synergie d’action pour le développement local, etc.

Selon Mme Hadjia Dapou Tchapo-Kondor (La Spécialiste en Cohésion Sociale au CRS), les difficultés de la vie doivent être transformées en opportunités pour amorcer leur développement local.

Pour Mme Epiphanie Meteteiton Houmey Eklu-Koevanu (Team Leader Gouvernance démocratique et Institutionnelle et Point focal Genre), le PNUD a initié ce projet avec le gouvernement pour soutenir les projets de développement dans les différentes communes.

« Nous travaillons à la cohésion sociale pour que les acteurs collaborent ensemble pour faciliter les différentes actions pour le bien-être des citoyens au niveau des différentes communes », a souligné Mme Houmey Eklu-Koevanu.

« Je crois que cette formation, nous en avons besoin. Il faut aussi savoir que quel que soit la volonté des humains de vivre pacifiquement ensemble, les petits soucis arrivent toujours et sont souvent sources de conflits qu’il faut rapidement éteindre pour que ça n’embrase pas toute la société » a déclaré le préfet de Kloto Assan Koku Bertin. FIN

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*