Burkina: Le président Kaboré appelle ses compatriotes à « être soudés »

Le président Roch Marc Christian Kaboré.

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a appelé mardi tous les Burkinabè à « être soudés » sans distinction d’ethnie ou de religion, après les attaques jihadistes qui ont notamment ciblé des catholiques dimanche et lundi.

« Cela nous interpelle tous quelle que soit notre religion, notre ethnie (J’appelle) à être soudés parce que c’est le vivre ensemble qui est mis en cause. Il est important que chaque Burkinabé se dise que ce qui arrive aux autres peut nous arriver », a-t-il affirmé, en réaction à l’annonce de la mort de quatre catholiques tués lundi pendant une procession religieuse.

« Le Burkina Faso est en proie à une situation difficile en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme (…) Ces terroristes ont réaménagé leur mode opératoire. D’abord en cherchant à créer des conflits intercommunautaires et aujourd’hui des conflits interreligieux puisque des chrétiens ont été tués pour leur foi, pour avoir pratiqué leurs religion sans plus », a-t-il ajouté.

Le pays compte 65% de musulmans pour 35% de chrétiens, et ils ont toujours vécu en harmonie.

« La lutte contre le terrorisme, nous devons nous y mettre résolument. Faire en sorte que dans l’ensemble de nos communautés, on se soude un peu plus, pour montrer à la face de ces terroristes que le Burkina Faso va rester debout et qu’on va les combattre jusqu’à ce que le terrorisme violent, l’intolérance quittent notre pays », a-t-il poursuivi, à la sortie de l’assemblée plénière de la conférence épiscopale d’Afrique de l’Ouest réunissant les évêques de 16 pays à Ouagadougou.

« Le Burkina a toujours été réputé comme un pays de tolérance. Nous devons travailler à maintenir cette richesse que nos ancêtres nous ont léguée », a-t-il conclu.

Quatre catholiques ont été tués lundi lors d’une procession à Zimtenga, dans le nord du Burkina Faso, au lendemain de l’attaque d’une église qui a fait six morts dont un prêtre.

Ces attaques survenaient une semaine après la mort de six autres personnes dont un pasteur, dans l’attaque d’une église protestante à Silgadji, toujours dans le nord du pays.

SOURCE : AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*