Bonne gouvernance et lutte contre la corruption : Les populations du Moyen-Mono fortement sensibilisées

Le secrétaire général de préfecture du Moyen-Mono, Mibaro Tchablina Jean (debout) s'adressant à l'assistance.

Les populations du Moyen-Mono ont été sensibilisées en début de semaine à Tohoun (environ 150 km au nord-est de Lomé) sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, lors d’une campagne d’éducation, d’information et des communautés à la base, a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News sur place

 

Menée par l’Association des Jeunes engagés pour l’action humanitaire (AJEAH)  à l’intention des communautés à la base, des autorités administratives et des chefs traditionnels  et la population Moyen-Mono, cette campagne a été financée par l’Union Européenne et s’inscrit dans le cadre du projet d’Appui à la consolidation de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption dans la région des plateaux au Togo.

 

Elle vise à accroître la connaissance et la compréhension des populations sur la gestion des affaires publiques et la maîtrise des instruments juridiques de l’Etat.

 

Il s’agit de contribuer au renforcement de capacité des acteurs de la société civile et de toute la population, afin de les engager dans la dénonciation et la  lutte contre la corruption au niveau  local.

 

Selon Kossi Essohanam Pinizi (le facilitateur de campagne d’éducation, d’information et de sensibilisation sur la bonne gouvernance et la corruption), la corruption est le fait de percevoir des gains direct ou indirect auprès des populations pour des services auxquels on est engagé. Cette attitude néfaste constitue un mal qui gangrène le développement des communes et des préfectures. Il a invité les différentes couches professionnelles de l’État et des privées à rompe avec ces pratiques qui créent la dépendance, alimentent la destruction  des biens publics et accélèrent la pauvreté au sein des communautés.     

 

La rencontre a été surtout marquée par des débats qui ont permis aux chefs traditionnels, représentants des organisations de la société civile, des services  déconcentres de l’Etat, ainsi que les personnes ressources, de s’exprimer sur le sujet. Tous ont mis l’accent sur la nécessité de combattre la corruption sur toutes ses formes pour sauver et protéger les patrimoines publics.  

 

Pour Amathevi Aboki (coordonnateur du projet Appui à la Consolidation de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption dans la région des plateaux au Togo), le Togo a fait des efforts pour mettre en place un cadre législatif et institutionnel pour la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, mais les défis restent encore énormes, en matière de passation des marchés, de gestion de finances publiques et des comportements citoyens. 

 

Il a convié les participants à mettre en œuvre de bonnes pratiques pour accompagner l’Etat dans la marche vers autonomie financière et la bonne gouvernance.

 

Tchablina Jean Mibaro (secrétaire général de préfecture du Moyen-Mono), a de son côté, réaffirmé la volonté des autorités de la préfecture, de combattre la corruption (sous toutes ses formes) qui selon lui, freine notre développement

 

« Le remède en est la bonne gouvernance et la prise de conscience par tous », a-t-il martelé

 

Il a surtout remercié l’Association des jeunes engagés pour l’action humanitaire (AJEAH) pour l’initiative. La séance a été entretenue par le groupe folklorique Hamenyui de Tohoun et les Ambassadeurs de vie d’Atakpamé, etc. FIN                    

 

            De Tohoun, Manu MESSAN

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*