Bonne gouvernance et lutte contre la corruption : Les populations de Kpalimé sensibilisées

Les populations de Kpalimé (environ 120km de Lomé) et ses environs ont été conscientisées mardi sur leurs contributions à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption lors d’une campagne d’éducation, d’information et de sensibilisation sur la gouvernance et la corruption, a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Initiée par l’ONG Association des Jeunes Engagés pour l’Action Humanitaire (ONG AJEAH) en collaboration avec la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO), cette campagne d’Education, d’information et de sensibilisation sur la gouvernance et la corruption s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’Appui à la consolidation de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption dans la région des plateaux avec le soutien financier de l’Union européenne.

L’objectif est d’accroître la prise de conscience des citoyens vis-à-vis de la corruption, en vue de leur permettre de jouer efficacement leur rôle dans le contrôle de ce phénomène qui affecte tous les secteurs de la vie publique à travers l’éducation, la formation, la sensibilisation et le plaidoyer sur les méfaits du phénomène pour une plus grande transparence dans la gestion des affaires publiques.

Il s’agit d’améliorer la participation des citoyens, des acteurs de la société civile, du secteur privé et des médias à la gestion des affaires publiques, de prévenir la corruption par l’éducation, la formation et la sensibilisation des citoyens, des élus locaux, des cadres et agents de l’administration à tous les niveaux, de promouvoir les TIC dans la lutte contre la corruption, la non-transparence et la concussion et d’évaluer l’impact des activités de l’Action sur les mentalités et les comportements des groupes de bénéficiaires.

Au cours de la sensibilisation, plusieurs thèmes relatifs aux conséquences drastiques de la corruption sur la société, la passivité des citoyens vis-à-vis de la corruption ont été développés. Les participants ont également planché sur les notions de la corruption, ses manifestations, ses causes, ses conséquences ainsi que les moyens de lutte. Ces exposés ont été suivis de débats au cours desquels les participants ont été édifiés sur la corruption et ses différents effets ainsi que les moyens à mettre en œuvre pour la contrer.

A travers des sketches de simulation du groupe de théâtre « Ambassadeurs de vies »,  l’assistance a été édifiée sur les actes de corruption au sein de la population ce qui a permis de mettre en exergue les mauvais comportements et la mauvaise gouvernance que vivent les populations au quotidien. Ces sketches ont également invité le public à rompre avec le silence en dénonçant les actes de corruption.

Selon Aboki Amathévi (directeur exécutif de l’AJEAH), depuis 2010, l’Etat a entrepris des réformes allant dans le sens de la promotion de la transparence et de la lutte contre la corruption au Togo.

« A travers cette initiative, nous sommes dans cette logique pour soutenir l’Etat dans sa politique, en vue de promouvoir la participation citoyenne à la gestion de la chose publique ».

Il a invité tout le public lutter contre la corruption, en dénonçant les actes de la corruption, et éviter d’en être complice, il les a exhortés à une prise de conscience pour une participation citoyenne dans la gestion des affaires publiques. Il a aussi appelé les autorités à une prise de conscience.

Kodjo Marc Edihé (représentant de la présidente de la délégation spéciale de a commune de Kpalimé)  s’est de son côté réjoui de cette initiative qui, selon lui vient appuyer les efforts du gouvernement dans la lutte contre la corruption au Togo.

Le groupe ballet N’tifafa de Kpalimé a égayé l’assistance par ses diverses prestations. FIN

 

Bolassi ATCHINAKLE

 

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*