Appui aux promoteurs agricoles: Un fonds de garantie pour appuyer les promoteurs agricoles

L’État togolais a mis à la disposition de deux banques (BTCI et Orabank Togo) un fonds de garantie, afin de faciliter l’accès aux crédits des opérateurs économiques exerçant sur les chaînes de valeurs agricoles.

Cette subvention s’inscrit dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA), piloté par le Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique  (MAPAH).

Ce « Fonds de garantie du PASA » permettra de lever l’inquiétude des institutions financières qui n’acceptent pas ou hésitent à mettre en place du crédit rural en l’absence de garantie formelle des promoteurs agricoles et de contribuer à compenser les risques pris par les institutions financières.

Ce fonds de garantie facilitera l’accès au crédit bancaire des promoteurs expérimentés qui développent des activités agricoles dont la rentabilité financière est démontrée.

Le montant minimum de financement par projet est fixé à 5 millions F CFA, le montant maximum est de 50 millions de F CFA pour les promoteurs qui ont été déjà appuyés par le MAPAH et qui ont montré une bonne capacité de gestion, et de 25 millions de F CFA pour tous les autres promoteurs.

Afin de bénéficier de ce financement, les promoteurs agricoles doivent disposer d’un plan d’affaires. Les domaines retenus par le fonds de garantie du PASA sont: La production, la transformation, la commercialisation, la prestation de services et le warrantage.

La BTCI et l’Orabank Togo sont les banques partenaires et l’ANPGF est le partenaire technique de mise en œuvre de cet instrument.

Lancé depuis 2012 par le gouvernement togolais avec le concours financier de la Banque mondiale, le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) est un projet déterminant dans l’atteinte des objectifs du Programme National d’Investissement Alimentaire et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN) et a balisé la voie au Plan national de développement (PND).

L’objectif général de développement poursuivi par le PASA est d’accroître la productivité et/ou la compétitivité de cultures vivrières stratégiques, des cultures d’exportation et des productions animales/halieutiques, ainsi que de promouvoir un environnement favorable à un développement agricole tiré par l’initiative privée.

Le PASA a ainsi contribué à soutenir les efforts déployés par le gouvernement pour accroître les revenus des ruraux, améliorer les possibilités d’emploi en milieu rural, réduire la pauvreté et renforcer la sécurité alimentaire du pays.

Le Projet a connu deux phases d’exécution dont la première, allant de 2012-2017 et la deuxième couvrant la période de 2017-2020. FIN

Abbée DJAGLO

Savoir News, la maison de l’info

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*