Accompagnement des jeunes dans la création de l’emploi : Le ministre Bataka a échangé avec les préfets de la zone de production de café et cacao et son personnel sur la nouvelle vision de son ministère

Le ministre (au milieu), lors de la rencontre.

Noël Koutéra Bataka (ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique) a échangé mardi à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé) avec les préfets de la région de production des filières café et cacao et son personnel sur la nouvelle orientation de son département visant à accompagner les jeunes et les populations pour créer des entreprises dans ces différentes filières, a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

Les préfets de la région de production de café et cacao ainsi que le personnel du ministère étaient présent à cette rencontre qui se situe dans le cadre d’une tournée dans la région des plateaux pour voir les réalisations du ministère, rencontrer les bénéficiaires et apprécier ce qui se fait.

Objectif visé par le ministre : amener les conseillers de proximité et le personnel œuvrant dans les domaines à accompagner les jeunes à créer des entreprises et les préfets à s’investir pour trouver avec les chefs des différents cantons, une solution aux fonciers afin d’accélérer le processus de création d’entreprises au niveau des jeunes.

Au cours de la rencontre, une présentation a été faite sur le développement des entreprises agricoles dans les filières café et cacao, les objectifs et les résultats envisagés.

La présentation a été suivie de celle portant sur le Mécanisme Incitatif pour le Financement Agricole (MIFA), fondé sur le partage des risques.

Ces présentations ont pour objectif, d’amener les préfets et tout le personnel du ministère à un changement de comportement dans leur façon de faire surtout au niveau de techniciens agricoles envers les jeunes et les populations ainsi que ceux qui sont les bénéficiaires des accompagnements apportés par ces techniciens agricoles.

Pour le ministre Bataka, le ministère a initié depuis un certain temps, une restructuration des actions des projets en cours dont notamment le PASA, qui appuie la relance des filières café et cacao. Cette restructuration dit-il tient compte des objectifs du Plan National de Développement (PND) en lien avec la mise en œuvre du MIFA.

La zone de café et de cacao a pendant longtemps été une zone riche, ce qui a placé la région des plateaux comme étant la région où la pauvreté est plus bas que les autres régions, a-t-il souligné.

Le ministre a rappelé à ses interlocuteurs qu’ils doivent réfléchir pour identifier des solutions pour permettre à cette zone de maintenir cette performance.

Le ministre a indiqué qu’au-delà du café et du cacao, il faut amener les jeunes à identifier des filières qui peuvent permettre aux gens d’avoir le maximum d’argent et le plus rapidement possible.

Pour le faire, il faut accompagner ces jeunes à réussir dans les filières agricoles: « Nous devons vraiment nous transcender, nous dépasser et dire que nous allons faire des champions dans l’agroalimentaire, c’est-à-dire amener les gens à faire de la production, de la transformation, de la commercialisation des produits agricoles et qu’on les appelle des milliardaires un jour ».

« Ne soyons pas complexer d’amener les gens à gagner et à devenir riche », a ajouté le ministre.

Il est allé plus loin en précisant à ses orateurs qu’au delà des filières café et cacao, il y d’autres filières qui peuvent rapporter de l’argent.

« Les jeunes qui veulent devenir des entrepreneurs, aider les à le devenir en leur donnant les outils nécessaires et soyons contents d’accompagner des gens dans leurs efforts pour devenir quelque chose » a souligné M. Bataka.

Précisons que le ministre Bataka avait déjà la matinée visité les installations de l’unité de transformation de Soja appelé « Maman Soja ».

Le directeur de l’Unité Technique Café-Cacao Batocfétou Robert a souligné qu’après cette rencontre, il faudrait aller sur le terrain pour rencontrer les coopératives, qui sont des producteurs organisés en coopératives, pour les appuyer à pouvoir adhérer au MIFA et leur permettre de bénéficier des crédits de gestion de leur exploitation et aussi surtout leur faire connaître cette nouvelle vision qui consiste à inciter les jeunes à revenir dans la création des plantations de café et cacao. FIN

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*