A Womé : Célébration dans l’allégresse du « Dunenyozan »

Une séquence de la danse traditionnelle Totoame.

Les natifs du village de Klo-Mayondi (situé à environ 137 km au sud-ouest de Lomé) dans le canton de Womé (Fiokpo), ont célébré samedi dans l’allégresse, l’apothéose de la 14ème édition de leur fête de retrouvailles « Dunenyozan » ou fête du développement, a constaté le correspondant de l’Agence Savoir News.

« Dunenyozan » est la fête traditionnelle qui réunit la population du village de Klo-Mayondi, a regroupé autour d’un idéal commun  « le développement de leur village », les natifs venus de tout le Togo et des pays voisins (Ghana et Bénin) en présence des responsables administratifs, traditionnels, religieux et des services déconcentrés de la localité.

Placées sous le thème « Jeunesse et développement local », les manifestations ont été marquées par une semaine d’activités socio-éducatives économiques et culturelles. Elles marquent aussi l’engagement des filles et fils de Klo-Mayondi d’œuvrer davantage et en toute convivialité pour la consolidation et le développement inclusif de leur localité.

Il s’agit par ces manifestations de mobiliser la population de Klo-Mayondi et des ressortissants autour des questions de développement socio-éducatif notamment la réhabilitation de la première Ecole Primaire Publique, construite en 1958 dont le coût globale est de 3,5 millions de F.CFA et de l’implantation d’un centre d’information estimé à 500.000 FCFA. Il a été question de penser aussi à la réhabilitation de l’Unité de Soins Périphériques (USP) et de la construction d’un forage à motricité humaine dans ce centre de formation sanitaire afin de le doter d’une eau potable pour des soins adéquats et sains aux patients.

L’apothéose de la manifestation a été également marquée par, des levées de voile, des ventes aux enchères, des levées de fonds, des quêtes, des danses des groupes folkloriques à savoir Totoame (groupe des femmes pleureuses lors des décès, avec des complaintes), Zibo (groupes des jeunes danseurs cascadeurs), des ballets et da la fanfare.

Quelques jours avant l’apothéose de samedi, la population de Klo-Mayondi a suivi des matches de football, la soirée «Miss Klo», une conférence-débat de l’Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial (ATBF) sur les IST/MST/SIDA et le planning familial. Ces activités avaient été suivies d’une animation culturelle, de l’opération village propre et d’une veillée de prière.

Pour le chef du village, Togbui Kpétsu VI, Klo Dunenyozan est l’unique occasion pour les filles et fils de Klo-Mayondi de se retrouver dans un esprit de fraternité pour discuter des questions de développement de leur village. Il s’est engagé à œuvrer de concert avec les élus locaux pour le bonheur de sa localité.

Togbui Kpétsu VI a exprimé sa gratitude au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé pour la réussite des élections locales, qui vont permettre aux collectivités locales de se prendre en charge ainsi que pour sa politique de développement, de paix et de réconciliation. 

Le chef et ses notables.

Il a témoigné sa reconnaissance aux résidents ainsi qu’aux ressortissants et amis du village pour leur présence effective à cette célébration et leur a demandé d’investir davantage dans le développement de la localité.

Le représentant du directeur préfectoral de la Santé de Kloto Gomez Anoumou a invité la population à fréquenter davantage le dispensaire afin d’aider les prestataires à œuvre davantage pour la santé des patients.

Il a fait le bilan des activités du centre, indiquant que, ce centre qui a été créée depuis 1992 pour une population de 1202 habitants a un taux de fréquentation élevé. En 2019 par exemple, l’unité de soins périphérique a déjà enregistré un taux de 39% des enfants vacciné au BCG, 64% au pentavalent.

Pour les consultations curatives, le centre est déjà à 55% des objectif fixés, les accouchements sont aussi à 50% et pour la CPN, sur les 24% prévus, 17 sont déjà réalisés. Il a précisé qu’avec ce taux, l’objectif de 2019 est au-delà des prévisions, dépassant les 50% prévus. Ce travail que fait le personnel de Klo-Mayondi a permis à l’USP d’être honorée des premiers prix d’excellence en 2017 et en 2018 lors des revues.

M. Gomez a souligné que malgré tous ces efforts, les conditions de travail restent critiques. Le centre ne dispose pas d’assez de moyens pour la prise en charge d’une accoucheuse auxiliaire, pour doter le centre en permanence de médicaments qui est le poumon des formations sanitaires, pour le paiement des frais d’électricité,  pas d’eau potable pour les différents besoins du centre, le bâtiment qui loge le personnel, les latrines et les voies d’accès au centre doivent aussi être réhabilités.

Le député du MPDD de la préfecture, a exprimé sa solidarité aux populations de Klo-Mayondi et s’est engagé à œuvrer à leur côté pour le développement de leur village. Il les a remerciés pour leur soutien à sa candidature lors des élections législatives du 20 décembre dernier.

Le village de Klo-Mayondi est situé dans le canton de Womé, à 15 Km au sud-ouest de Kpalimé et à 3 kilomètres de la frontière ouest de Togo-Ghana. C’est un village cosmopolite regroupant les Ewé en majorité ainsi que d’autres groupes ethniques du pays, notamment les Kabyè, les Miyoba (sola), les Tem,  et les Ouatchi. Il dispose de deux Ecoles Primaires Publiques, d’un CEG, d’un dispensaire et de deux bornes fontaines. FIN

 

De Kpalimé, Bolassi ATCHINAKLE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*