FLASH INFO


 



  Nos partenaires
 

0 | 4 | 8 | 12

0 | 4 | 8 | 12

Litige foncier : Le propriétaire de l’hôtel Eda Oba et son avocat Me Jil-Benoît Afangbédji montent à leur tour au créneau et donnent leur version des faits

mardi 10 juillet 2012 à 10:27

L’affaire opposant Hilaire Locoh-Donou, propriétaire de l’hôtel Eda Oba et certains héritiers du feu Lieutenant de la gendarmerie Koffi Amouzou fait toujours grand bruit. C’est un litige foncier portant sur la vente d’un immeuble appartenant au Lieutenant défunt, sur lequel une partie de l’Hôtel est érigée.

Après la sortie vendredi dernier de Kodjo Amouzou, l’un des fils du feu Koffi Amouzou, ce fut le tour ce lundi de Hilaire Locoh-Donou et son avocat Jil-Benoît Afangbédji de rencontrer les professionnels des médias dans les locaux dudit hôtel, a constaté l’Agence Savoir News.

Rappelons que certains héritiers de M.Amouzou accusent le propriétaire de l’hôtel d’avoir construit par usurpation sur le domaine de leur feu père. Ce dossier a déjà fait l’objet de plusieurs procédures judiciaires. Certains héritiers auraient, entre temps, perçu des sommes issues de la vente de l’immeuble de leur feu père.

Le 2 juillet dernier, le dossier est sorti des couloirs de la justice, suite à une descente "musclée" à l’hôtel en question, des enfants du feu Amouzou dont un officier de l’armée américaine Beaugars Amouzou. Soulignons que le Lieutenant Koffi Amouzou est décédé 11 novembre 1982 à Lomé. Il a au total treize enfants.

Après avoir rappelé les conditions dans lesquelles il a acquis l’immeuble du feu Lieutenant Amouzou, le propriétaire de l’hôtel Eda Oba, Hilaire Locoh-Donou a affirmé que la vente de l’immeuble du feu Lieutement Amouzou "a été conclue et certifiée par-devant Me Essie Djabaku-Essien, suivant acte en date des 8 et 14 septembre, après que cette dernière ait pris soin d’obtenir du président d’alors du Tribunal de Première instance de première classe de Lomé le 20 janvier 1998, l’autorisation à y procéder sur la base de 15 millions de F.CFA, intégralement versés dans les mains dudit notaire".

"Grande fut et demeure ma stupéfaction jusqu’au jour d’aujourd’hui - après 12 années de paisible et continue jouissance de l’immeuble querellé - où deux des héritiers de feu Koffi Amouzou à savoir Kossi Beaugars Amouzou et Kodjo Amouzou vinrent y contester mon droit de propriété", a précisé M.Locoh-Donou.

"C’est aussi le lieu de préciser que les héritiers ont déclaré à plusieurs reprises que le terrain vendu était plus de deux lots (1.200 m2) et que presque la totalité de l’hôtel était érigée sur le terrain de leur père. Ce qui évidemment est faux, car l’ensemble de l’hôtel est érigé sur 11 lots et le terrain querellé n’a qu’une capacité d’un lot (600 m2)", a-t-il mentionné.

Le conseil du propriétaire de l’Hôtel a pour sa part, accusé Kodjo Amouzou, l’un des héritiers du feu Lieutenant, d’avoir fait "faux et usage de faux" dans cette affaire.

"S’il y a eu faux et usage de faux, c’est monsieur Kodjo Amouzou qui l’a fait. Il faut que cela soit clair. Il a fait le faux et en a usé. Il sera poursuivi par les juridictions de notre pays", a martelé Me Afangbédji.

"Nous avons déjà déposé plainte contre Kossi Beaugars Amouzou et sa clique. Et nous attendons que la justice fasse son travail. Car ce qui s’est passé le 2 juillet à l’Hôtel est regrettable, horrible et doit interpeller les autorités de notre pays", a-t-il indiqué.

"Kossi Beaugars Amouzou s’est introduit avec une bande dans l’hôtel, cassant tout et emportant argent, portables et autres. Ils ont battu et employés et clients de l’Hôtel. C’est un gangstérisme. Car lorsqu’on a un dossier à la justice, il faut laisser la procédure suivre son cours", a ajouté Me Afangbédji.

Vendredi dernier, l’un des héritiers de M.Apouzou avait accusé Me Afangbédji d’avoir utilisé de "faux documents pour faire des choses incroyables".

"C’est Me Afangbédji qui a utilisé de faux documents pour faire des choses horribles", avait affirmé Koffi Amouzou.

A la lecture des déclarations des uns et des autres, on a l’impression que chaque camp tire la balle de son côté. Et comme le disait l’autre : "apparemment tout le monde a raison"

L’Agence Savoir News s’est déjà lancée dans ses investigations. Un grand dossier sera publié les jours à venir sur cette affaire, afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale. FIN

Lambert ATISSO / Junior AUREL

Savoir News, une équipe jeune et dynamique

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H/24

Share |
 



Accueil | Plan du site |   RSS   2.0 | Nous contacter
© Copyright SavoirNews 2015. Tous droits réservés.      Powered By Epresence