FLASH INFO


 



  Nos partenaires
 

0 | 4 | 8 | 12

0 | 4 | 8 | 12

Agriculture / Cédéao : Les organisations paysannes appellent à la mise en œuvre de la politique agricole de la sous-région (ECOWAP)

vendredi 27 septembre 2013 à 10:29

Les Organisations Paysannes (OP) de l’Afrique de l’ouest ont appelé ce jeudi à Lomé, les gouvernants à mettre en œuvre la politique agricole de la sous-région (ECOWAP) adoptée depuis 2005 au bout d’un long processus participatif ayant impliqué tous les acteurs.

Cet appel a été lancé par les premiers responsables de trois organisations paysannes dans une position commune à l’issue d’une réunion technique annuelle à Lomé des experts de la Cédéao en vue de faire un état des lieux des programmes nationaux initiés dans l’espace sous-régionale dans trois domaines : l’agriculture, l’environnement et l’eau.

Les ministres plancheront à leur tour ce vendredi, rencontre au cours de laquelle l’Agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation sera lancée.

Et pour tirer la sonnette d’alarme, les responsables de ces OP sont montées au créneau lors d’une conférence de presse. Il s’agit de : l’Association pour la Promotion de l’Elevage au Sahel et en Savanes (APESS), du Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) et du Réseau des Organisations d’Eleveurs et Pasteurs de l’Afrique (RBM).

Selon ces trois OP, il est temps que la politique agricole de la sous-région soit mise en œuvre.

"Notre sortie vise à alerter les ministres qui doivent se réunir vendredi, dans le cadre de la réunion du comité ministériel spécialisé en agriculture, environnement et ressources en eau de la Cédéao. Nous voudrions que les gens prennent conscience qu’il est urgent et très important pour notre région, de commencer à mettre en œuvre, la politique agricole de la sous-région", a déclaré Bagna Djibo, Président du Conseil d’Administration du ROPPA.

"Aujourd’hui, il faut des programmes et non des politiques. Nous n’avons fait qu’adopter des politiques. C’est inadmissible qu’on continue encore à connaître l’insécurité alimentaire dans notre région, malgré les ressources et la technologie que nous avons et tout le potentiel que nous détenons en terme d’eau", a-t-il souligné.

Pour Bagna Djibo, une politique agricole nécessite forcément une volonté politique : "Nous pensons que le financement de l’agriculture ne doit pas souffrir. Car l’ensemble des études a démontré que c’est le principal secteur, moteur de nos économies".

La réunion de haut niveau de Maputo en 2003, avait intimé l’ordre à tous les pays de la sous-région de consacrer au moins 10% de leur Budget au secteur de l’agriculture. A ce jour, quatre pays sur quinze ont appliqué cette mesure : Burkina Faso, Sénégal, Mali et Niger. Au Togo, environ 7,6% du budget est consacré au secteur agricole.

Bagna Djibo a invité les gouvernants à éviter des "programmes parallèles, car c’est ensemble que tous acteurs ont adopté de manière consensuelle et pour la première fois, une politique agricole pour la sous-région".

"Il faut injecter assez de ressources pour booster la production, afin de réduire la pauvreté. Aujourd’hui, l’agriculture emploie plus de 60% de nos populations », a-t-il souligné.

Ainsi, pour une mise œuvre cohérente de cette politique agricole (ECOWAP), les trois OP ont insisté sur un certain nombre d’éléments notamment le maintien et le renforcement du leadership de la Cédéao et les acquis de la région, l’accélération de la création du marché agricole régional avec des instruments pertinents, la nécessité de créer un fonds régional pour soutenir le développement de l’agriculture familiale et le besoin impératif d’un programme régional pour soutenir la productivité des systèmes de production dans le secteur de l’élevage.

Ces Organisations paysannes invitent également les gouvernants à garantir le rôle fédérateur de l’ECOWAP pour toutes les initiatives régionales et les interventions promues par les partenaires au développement, à préserver le rôle et le leadership de la Cédéao pour accélérer la mise en œuvre des Programmes Nationaux d’Investissements Agricoles (PNIA).

Elles mettent en garde contre des erreurs politiques, car elles seront à coup sûr préjudiciables au développement social et économique de la région. FIN

En Photo : Les responsables des OP devant les journalistes

Junior AUREL

Savoir News, La Maison de L’INFO

www.savoirnews.net, l’info en continu 24H24

Share |
 



Accueil | Plan du site |   RSS   2.0 | Nous contacter
© Copyright SavoirNews 2015. Tous droits réservés.      Powered By Epresence